Diagnostic extern train

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6358 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
TD Stratégie

4

Diagnostic externe
Transport ferroviaire à grande vitesse en Europe

SOMMAIRE

CONCURRENCE DU SECTEUR 3

Pouvoir de négociation des fournisseurs 6

Alstom et la SNCF 6
Pouvoir de négociation de la SNCF 7
Pouvoir de négociation d’Alstom 7

Pouvoir de négociation des clients : 8

Menace de nouveaux entrants 9

Menaces des produits de substitutions 12Analyse du principal concurrent 12
Le degré d’innovation du marché des transports : 16
Les menaces imprévisibles : 17

ANNEXE 18

Partie

1

Concurrence du secteur

Nombre de concurrents :

Actuellement, le secteur du transport ferroviaire à grande vitesse n’a quasiment pas de concurrence directe dans chaque pays de l’Union Européenne. En effet, les seulsconcurrents identifiables du train à grande vitesse sont des produits de substitutions ; on peut alors considérer la voiture ou encore l’avion, qui seront analysés dans une partie à venir (produits de substitutions). Ainsi, en France, seule la SNCF est en mesure de transporter des particuliers dans un train roulant à grande vitesse (plus de 250 kilomètres par heure), et aucune autre société n’est capablede proposer un service directement concurrent. Le nombre de concurrents est donc de zéro, étant donné le monopole de la Société Nationale des Chemins de Fer en France, Ferrovie dello Stato en Italie… Par contre, certains marchés sont ouverts à la concurrence comme en Allemagne ou en Espagne par exemple. Quelques pays européens ont donc ouverts leur marché intérieur à la concurrence, maisl’Allemagne et l’Espagne n’ont pas songé à une éventuelle extension européenne.

Effectivement, nous pouvons penser que le transport ferroviaire est destiné à une dimension européenne dans les années à venir. La concurrence risque donc de très fortement s’accroitre, puisque toutes les entreprises transporteront dans les pays de l’Union Européenne. D’ailleurs, dans un rapport publié sur le sitewww.senat.fr il est signalé que : « les institutions communautaires ont pour objectif le développement du transport ferroviaire en Europe », le développement du chemin de fer va donc emprunter la voie de l’européanisation, et en particulier le transport à grande vitesse, paraissant la plus adapté à un réseau très vaste. Au départ, bien sur le développement sera basé sur des ententes entre lescompagnies des différents pays, des coopérations nécessaires à la mise en place d’un réseau global, pour ensuite passer à l’accroissement significatif de la concurrence.

De nos jours, peut-être plus pour très longtemps, la concurrence directe entre entreprise de transport par train à grande vitesse est faible à inexistante.

Barrière à l’entrée :

Bien sur, le secteurferroviaire, et plus spécifiquement celui du transport à haute vitesse possède de très importantes barrières à l’entrée. Les technologies mises en application, les investissements nécessaires à l’utilisation d’une telle infrastructure ne permettent pas à n’importe quelle entreprise de se lancer, et de réussir sur le marché du transport ferroviaire à grande vitesse. C’est pourquoi il demeure un secteur trèsdifficilement accessible, et que son ouverture à la concurrence ne va pas être aisée. Nous reparlerons plus longuement de ces barrières dans la partie « Menace de nouveaux entrants ».

Brièvement, les barrières à l’entrée sont très importantes, favorisant une concurrence faible sur le secteur.

Barrières à la sortie :

Pour ce secteur et les entreprises qui y sontprésentes, nous ne relevons pas de barrières à la sortie. En effet, il n’y a pas de frein à la diversification d’une entreprise de transport ferroviaire, son image peut éventuellement la desservir, mais pas outre mesure.

Ainsi, sans barrières à la sortie obligeant les entreprises à rester sur le secteur, et donc à se battre et à s’investir complètement dedans, la concurrence s’en trouve...
tracking img