Diagnostic financier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 35 (8543 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DIAGNOSTIC FINANCIER

L’objet final du stage est d’étudier la faisabilité commerciale et financière de l’implantation de la SIAREP en région Languedoc-Roussillon. Le diagnostic financier de l’entreprise sur la base des six derniers exercices servira de fondement à cette étude, surtout du point de vue de l’évaluation financière du projet d’investissement. Il s’agira de: - Détecter les symptômesrelevant des évolutions susceptibles d’entraver à plus ou moins brève échéance la poursuite des objectifs de l’entreprise et la continuité de son activité. Détecter également les points positifs relevant de l’activité et de la gestion de l’entreprise. - Prendre des décisions correctives tant au niveau de la gestion à court terme que des plans à moyen terme. Le présent exposé constitue une note desynthèse du travail réalisé, et il n’en présente que les résultats fondamentaux à l’explication de la situation de l’entreprise. Les détails de l’analyse financière sont présentés par ailleurs (se référer au sommaire). Nous nous attacherons tout d’abord à présenter la situation de la SIAREP pour l’année 1998, dans la mesure où cette année a été marquée par des résultats particulièrement moyenspour les décideurs de l’entreprise. Par la suite, nous étudierons les points forts de la société, et notamment la reprise des résultats et de l’activité en 1999. Enfin, nous relèverons les points faibles plus structurels de la SIAREP.

I- ETUDE DE L’ANNEE 1998
L’année 1998 a été marquée par une chute des résultats de l’entreprise du point de vue de l’activité, des performances, de l’équilibrefinancier, du risque et de la compétitivité de la SIAREP sur son secteur d’activité. 1- L’ACTIVITÉ ET LES PERFORMANCES

On a observé en 1998 une diminution de 20 points de la valeur ajoutée -qui exprime la valeur apportée par l’entreprise du fait de ses activités de production ou de commercialisation-. La diminution de valeur ajoutée est à attribuer à la baisse de la production associée à unelégère hausse des consommations en provenance des tiers. Cette chute ne paraissait pas inquiétante outre mesure, mais elle s’est par la suite avérée préoccupante car elle a entraîné toute une série de résultats défavorables. En effet, le calcul de chaque Solde Intermédiaire de Gestion (SIG) se fonde sur le SIG précédent. C’est l’une des raisons pour lesquelles 1998 a été marquée par la chute de SIG telsque: • L’Excédent Brut d’Exploitation (EBE): le taux de marge brute (EBE / Chiffre d’affaires) devient négatif, pour la première fois durant la période d’étude. • Le résultat d’exploitation correspond à une perte réalisée par la SIAREP, en dépit d’une diminution des dotations aux amortissements. • Le résultat courant avant impôts: il reste négatif malgré l’amélioration du risque financier. • Lerésultat de l’exercice, qui représente le solde final du Compte de Résultat, est négatif en 1998, et ce à cause de deux facteurs: - Les résultats précédents sont négatifs - Le résultat exceptionnel est négatif: précisons qu’il est calculé indépendamment des autres résultats, de façon à mesurer son impact réel sur le résultat de l’exercice. La confrontation des charges et des produits exceptionnels del’exercice sur opérations de gestion, opérations en capital, provisions et amortissements exceptionnels aboutit à un excédent des charges sur les produits (surtout pour les charges exceptionnelles sur opérations de gestion). Il en résulte qu’en 1998, l’entreprise ne s’est pas octroyé de valeur ajoutée, et ce au profit du personnel. En outre, la SIAREP n’a aucune aptitude à s’autofinancer en 1998,du fait de la combinaison des deux facteurs suivants: - une CAF négative - une distribution croissante de dividendes Remarquons toutefois que l’autofinancement n’est pas vraiment un indicateur de la variation de valeur patrimoniale. Sa connaissance n’est pourtant pas inutile, surtout pour comparer les performances de l’entreprise avec celles de ses concurrents, ou bien avec celles du secteur...
tracking img