Diagnostic maroc telecom

XXXVIème SESSION Dakar, 6 au 7 juillet 2010

DOCUMENT N°19
***

Commission de la coopération et du développement

RAPPORT

établi en application de l’article 12.7 du règlement et présenté à la Commission

par

M. Jean-Pierre DUFAU (France)

Rapporteur

sur

L’intelligence économique

I- L’Intelligence économique : un concept d’actualité A- Définition A l’origine, ce conceptn’est pas français. Les britanniques parlent de « business intelligence », renseignement des affaires, et les américains de « competitive intelligence », renseignement concurrentiel. En fait, il existe plusieurs définitions de l’Intelligence économique, cette notion ayant fait l’objet de divers débats conceptuels. La première définition apparaît en 1967 dans un ouvrage de Harold Wilensky. Il ydéfinit « l’intelligence économique comme l’activité de production de connaissances servant les buts économiques et stratégiques d’une organisation, recueillie et produite dans un contexte légal et à partir de sources ouvertes ». Cette définition permet de distinguer l’intelligence économique de l’espionnage économique car elle se développe ouvertement et utilise principalement des moyens légaux. EnFrance, ce sont les travaux du Commissariat général au plan avec le rapport de Henri Martre en 1994 qui vont permettre de préciser la notion et d’initier une réflexion globale sur ce concept. Au sein du groupe de travail, certaines divergences existaient et la définition qui fut retenue est issue de la volonté de trouver un consensus. Le rapport Martre définit « l’intelligence économique commel’ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution en vue de son exploitation, de l’information utile aux acteurs économiques. Ces diverses actions sont menées légalement avec toutes les garanties de protection nécessaires à la préservation du patrimoine de l’entreprise, dans les meilleures conditions de délais et de coût. » Et le rapport précise ce qu’il faut entendre parinformation utile. Il s’agit de « l’information dont ont besoin les différents niveaux de décision de l’entreprise ou de la collectivité, pour élaborer et mettre en œuvre de façon cohérente la stratégie et les tactiques nécessaires à l’atteinte des objectifs définis par l’entreprise dans le but d’améliorer sa position dans un environnement concurrentiel. Ces actions au sein
2

de l’entreprises’ordonnent autour d’un cycle ininterrompu, générateur d’une vision partagée des objectifs de l’entreprise ». Le rapport Martre poursuit en expliquant que la notion d’intelligence économique implique « le dépassement des actions partielles désignées par les vocables de documentation, de veille, de protection du patrimoine concurrentiel, d’influence…Ce dépassement résulte de l’intentionstratégique et tactique. » Christian Harbulot qui en France, a également beaucoup travaillé sur cette notion, définit l’intelligence économique comme « la recherche et l’interprétation de l’information accessible à tous, afin de décrypter les intentions des acteurs et de connaître leurs capacités. Elle comprend toutes les opérations de surveillance dans l’environnement concurrentiel et se différencie durenseignement traditionnel par la nature de son champ d’application puisqu’elle concerne le domaine des informations ouvertes et exige donc le respect d’une déontologie crédible ; l’identité de ses acteurs dans la mesure où l’ensemble des personnels et de l’encadrement et non plus seulement les experts participent à la construction d’une culture collective de l’information ; ses spécificitésculturelles car chaque économie nationale produit un modèle original d’intelligence économique ». B- Description Comment caractériser l’intelligence économique, quel contenu lui attribuer ? Les définitions ci-dessus mettent en avant la recherche de l’information pertinente pour l’entreprise ou l’organisation. Selon les auteurs Eric Delbecque et Gérard Pardini, sur le plan opérationnel, l’intelligence...
tracking img