Didactique des aps

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4244 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les relations du SNEP et des associations professionnelles et sportives engagées sur le terrain de la rénovation pédagogique de l’EPS (1969-1995) -Introduction : En éducation physique (EP) comme dans les autres secteurs de l’enseignement et de la fonction publique, les amicales ont, plusieurs décennies durant, précédé les syndicats. Toutefois, traités en véritables parias du système éducatif etayant à cœur de défendre leurs intérêts, les professeurs d’EP n’ont pas hésité, dès la création de leur première union professionnelle en 1884, à situer l’action associative sur le terrain corporatif. Ainsi, il faut attendre que le droit syndical soit reconnu aux fonctionnaires et que, deux ans plus tard, le premier syndicat des professeurs d’EP soit constitué pour qu’une séparation des terrainsd’action dévolus aux syndicats et aux associations s’amorce. Ainsi, en 1926, P.Fisher, membre fondateur du Syndicat national des professeurs d’EP et président de l’Amicale lui ayant suppléé depuis 1912, fait le point sur la nouvelle situation. Il explique que l’association qu’il dirige devient « un groupement d’éléments différents, professeurs ou non, sympathisants et s’intéressant à l’éducationphysique » tandis que « Le syndicat est un groupement purement corporatif, ne comprenant que des professeurs titulaires ». En conséquence, il précise que « c’est le syndicat seul qui renseignera sur toutes questions concernant les traitements, les heures supplémentaires, les horaires, le service, etc. »1. Les intentions visant à distinguer, tout en les maintenant en relation, syndicats et associations,sont présentes. Cependant, elles seront vite oubliées. Dès le début des années trente, le Syndicat déborde de ses strictes attributions. Considérant que l’amélioration du statut des professeurs ne peut se faire sans promouvoir, et donc infléchir, l’enseignement que ces derniers dispensent, le Syndicat entre dans le débat pédagogique et prend position. Ce faisant, il pose le problème des relationsentretenues avec les associations engagées sur le terrain de la pédagogie de l’EP, celles-ci n’ayant de cesse, dès lors, d’osciller entre concurrence et complémentarité. Près d’un demi siècle plus tard, au mois de mai 1969, la tendance Unité et Action (UA) prend, pour ne plus la perdre, la direction du Syndicat national de l’Education physique (SNEP). La question des rapports du Syndicat avec lesmilieux associatifs devient alors des plus aigue. Non seulement, la nouvelle équipe dirigeante est intimement liée à un courant pédagogique, celui dit « du sport éducatif », pour lequel la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) constitue le pivot central, mais en outre, l’EP devenue « sportive » (EPS) entre alors dans une période de crise dans laquelle les questions pédagogiquesdeviennent plus que jamais déterminantes. En effet, tandis que la discipline et ses enseignants sont administrés par Jeunesse et sport et non par l’Education nationale, les mesures qui sont prisent réduisent l’EPS à une simple animation sportive et font craindre aux plus pessimistes son exclusion pure et simple du champ de l’enseignement obligatoire. Ainsi, à partir de 1969, le SNEP fait de l’innovationpédagogique, destinée à mettre en évidence les enjeux propres à une approche scolaire des activités physiques et sportives (APS), un véritable outil contribuant à défendre les intérêts corporatifs. M.Berge, qui devient cette même année secrétaire général revendique cette attitude : « Mon opinion qui est aussi celle de la majorité de notre courant de pensée de l’époque est que l’histoire même dudéveloppement de l’EP comme discipline scolaire impliquait cette ingérence dans la pédagogie »2. Ainsi, en 1995, face à un projet de programme faisant débat depuis huit ans et contre lequel il s’élève, le SNEP intervient

1

Bulletin officiel du syndicat national des professeurs d’éducation physique de l’enseignement secondaire n°1, février 1927, p. 3-6. 2 Cité in Couturier, G. 1999, l’EPS...
tracking img