Dieu de bergson dieu de kant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1811 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dieu rationnel des philosophe ou expérience mystique

Aborder en quelque sorte expérimentalement le problème de l’existence de Dieu, tel est le projet bergsonien : « Nous ne voyons pas d’ailleurs comment la philosophie l’aborderait autrement. D’une manière générale, nous estimons qu’un objet qui existe est un objet qui est perçu ou qui pourrait l’être ». Il s’agit bien du Dieu qui existe et nondu Dieu des philosophes, des intelligibles et de la raison. Le Dieu statique est un Dieu fabriqué, et le Dieu de l’existence lui est antérieur et supérieur comme le mouvement l’est au repos. Ce Dieu réel, les mystiques l’ont perçus. La religion le tient avant tout pour un Etre qui peut entrer en rapport avec nous : or c'est précisément de quoi est incapable le Dieu de Kant. On allègue en effetque l'expérience de ces grands mystiques est individuelle et exceptionnelle, qu'elle ne peut pas être contrôlée par le commun des hommes, qu'elle n'est pas comparable par conséquent à l'expérience scientifique, il y aurait beaucoup à dire sur ce point.

Une expérience scientifique, ou plus généralement une observation enregistrée par la science est toujours susceptible de répétition et decontrôle mais le mystique, lui aussi a fait un voyage que d'autres peuvent refaire en droit, sinon en fait, et ceux qui en sont effectivement capables sont au moins aussi nombreux que ceux qui auraient l'audace et l'énergie d'un Stanley allant retrouver Livingstone. William James déclarait n'avoir jamais passé par des états mystiques, mais il ajoutait que s'il en entendait parler par un homme qui lesconnût d'expérience, " quelque chose en lui faisait écho ". Certains, sans aucun doute, sont totalement fermés à l'expérience mystique, incapable d'en rien éprouver, d'en rien imaginer. Mais on rencontre également des gens pour lesquels la musique n'est qu'un bruit, et tel d'entre eux s'exprime avec la même colère, sur le même ton de rancune, au sujet des musiciens. Personne ne tirera de là unargument contre la musique.

Il faut d'abord remarquer l'accord des mystiques entre eux : « La route parcouru est la même, on retrouve les mêmes expressions, les mêmes images, les mêmes comparaisons alors que les auteurs ne se sont généralement pas connus les uns, les autres ». Remarquons d'abord que les mystiques laissent de côté ce que nous appelions les " faux problèmes ". On dira peut être qu'ilsne se posent aucun problème, vrai ou faux, et l'on aura raison. Il n'en est pas moins certain qu'ils nous apportent la réponse implicite à des questions qui doivent occuper le philosophe. L'idée de néant absolu à tout juste, nous l'avons dit dans notre premier Mémoire, autant de signification que celle d'un caillou rond. Ce type de question le mystique estimera qu'elles ne se posent même pas :« illusions d'optique interne dues à la structure de l'intelligence humaine, elles s'effacent et disparaissent à mesure qu'on s'élève au-dessus du point de vue humain ». Pour des raisons analogues, le mystique ne s'inquiétera pas davantage des difficultés accumulées par la philosophie autour des attributs " métaphysiques " de la divinité : il n'a que faire de déterminations qui sont des négations etqui ne peuvent s'exprimer que négativement. Il croit voir ce que Dieu est, il n'aucune vision de ce que Dieu n'est pas. C'est donc sur la nature de Dieu immédiatement saisie dans ce qu'elle a de positif, je veux dire de perceptible aux yeux de l'âme, que le philosophe devra l'interroger. Au fond si leur expérience est quelque peu communicable et croyable, c’est non seulement parce que quelquechose, chez la plupart d’entre nous, commence ce qu’ils ont achevés.

Ainsi l’expérience mystique est forte de son propre contenu. La conséquence est qu’elle est chargée de témoigner de l’existence de Dieu, à condition de prendre source en lui, c'est-à-dire d’avoir « un contenu original, puisé directement à la source même de la religion, indépendant de ce que la religion doit à la tradition, à...
tracking img