Dieyna

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1579 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ALLOCUTION PRONONCEE A DAKAR LE 26 AOUT 1958 PAR MAITRE VALDIODIO NDIAYE, MINISTRE DE L’INTERIEUR ET DE L’INFORMATION REPRESENTANT M. LE PRESIDENT DU CONSEIL DE GOUVERNEMENT DU SENEGAL
Monsieur le Président,
Monsieur le Sénateur Maire de Dakar vient de vous adresser au nom de la Ville qui vous a accueilli aujourd’hui et avec toute l’autorité qui s’attache à sa double qualité de premierMagistrat Municipal et de doyen des hommes politiques sénégalais, des paroles de bienvenue auxquelles veut d’abord s’associer le Conseil de Gouvernement du Sénégal, dont je suis aujourd’hui l’interprète en l’absence de M. le Président Mamadou Dia retenu en Suisse par un cure que ses médecins lui ont déconseillé d’interrompre.
Pour la Ville de Dakar et pour le Sénégal tout entier votre visite a trop desens et répond à trop de préoccupations pour que nous puissions simplement nous réjouir de recevoir un hôte illustre, nous féliciter de l’honneur qui nous est fait et vous remercier d’être venu personnellement nous exposer vos projets.
A la veille d’une telle consultation, sur un tel objet, vous n’avez pas craint d’entreprendre pour nous informer et pour vous informer un voyage long et exténuant.Une telle initiative a d’autant plus de prix que votre temps est mesuré et nos climats incléments. Aussi pensons nous que le meilleur témoignage que nous puissions vous rendre est de nous imposer à nous-mêmes le devoir ici, du haut d’une tribune suffisamment sonore, en toute franchise et en toute clarté ,sans passion mais sans équivoque ,notre position à l’égard des grands problèmesqui se posent à nous.
Ainsi, lorsque vous quitterez demain Dakar pour regagner Paris, nous saurons mieux, les uns et les autres quelles sont les aspirations de ce pays, et les données du choix qui nous est proposé. Ainsi pourrons nous, pendant le peu de temps qui nous sépare du jour où sera annoncée la version définitive du projet constitutionnel, procéder aux ultimes mises aux points etpréparer les dernières décisions.
Le programme et les revendications du Gouvernement du Sénégal, Si elles doivent être rappelées, ne devraient cependant pas surprendre, car elles ne sont pas nouvelles.
Par des vœux unanimes et répétés, le Conseil de Gouvernement et l’Assemblée Territoriale du Sénégal, expressions authentiques de la volonté populaire, n’ont pas manqué de faire connaitre les grandeslignes et les détails des reformes qu’ils jugeaient immédiatement nécessaires. Leurs revendications essentielles, leurs appels les plus pressants n’ont alors reçu aucune réponse.
C’est alors que le Congrès de Cotonou s’est réuni et a défini la doctrine et le programme du parti du regroupement Africain auxquels appartiennent, je dois le rappeler, tous les parlementaires du Sénégal, tous les conseillersde son Assemblée Territoriale, tous les Ministres de son Gouvernement.
Il ne peut donc y avoir aucune hésitation. La politique du Sénégal, clairement définie, s’est fixé trois objectifs qui sont, dans l’ordre où elles veulent l’atteindre :
-L’Indépendance
-L’Unité africaine
-et la confédération
C’est dire, et nous ne devons pas nous le dissimuler que ce que nous avons pu jusqu’ici savoirdes avants projets constitutionnels ne nous laisse pas sans inquiétude, ni même sans angoisse, en raison des malentendus qu’ils permettent, et des fausses alternatives qu’ils semblent imposer.
Nous disons Indépendance d’abord, mais en nous fixant ce préalable nous ne faisons qu’interpréter l’aspiration profonde de tous les peuples d’Afrique Noire à la reconnaissance de leur personnalité et de leurexistence nationale. L’indépendance est un préalable. Elle n’est pas une fin en soi. Elle n’est pas un idéal en elle-même, mais pour ce qu’elle rend possible. Elle ne véhicule pas une volonté de sécession. Elle ne recèle aucune intention d’isolement ni de repliement sur soi. C’est pourquoi le dilemme Fédération ou sécession nous parait un faux dilemme et qu’à cet égard notre réponse court le...
tracking img