Difference credit francais et americain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1463 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 3 - question 3 :

En quoi le système de crédit Français se différencie-t-il de celui des États-Unis, et quel est l'avenir du système de crédit Français?

Avec la crise financière l'image de la banque à fortement changé dans l'imaginaire des gens.
L'image de l'établissement presque « intouchable » et manipulant d’énormes sommes d'argent est finie. Désormais les banques ont l'imaged'établissements fragiles qui peuvent faire faillite. Lors de cette dissertation nous traiterons de deux systèmes de crédits différents qui ont en commun d'appartenir au cinq plus grandes économies mondiales. Nous verrons dans une première partie l'évolution du système de crédit Français à travers l'évolution de son système bancaire. Dans une seconde partie nous étudierons le système de créditAméricain. Puis, dans une troisième et dernière partie, nous analyserons les différences entre ces deux systèmes de crédits avant de conclure sur l'avenir du système de crédit Français.

Commençons par définir ce qu'est un système de crédit. Un système de crédit est l'ensemble des règles et institutions qui régissent les crédits. Il y a en général un système de crédit propre à chaque état.
L'histoirebancaire Française a été marquée par trois périodes principales. La première, de 1940 à 1970, a été marquée par une réglementation rigoureuse, une spécialisation bancaire et une intervention étatique forte. L'idée qu'il faut réglementer les marchés prédomine à cette époque. Cette période, caractérisée par la spécialisation bancaire, a poussé à la division de l'association française des banques.Cette division a donné lieu à 3 catégories bien distinctes.
Les banques d'affaires qui opèrent à moyen et long terme en faveur des entreprises, les banques de dépôts spécialisées dans les opérations à court terme et enfin les banques de crédit à moyen et long terme dont l'activité est centrée sur l'équipement industriel et immobilier. On pense en effet à cette époque qu'une bonne réglementationainsi qu'une spécialisation permettront d'assurer une grande stabilité.
A partir de 1970, la spécialisation du système bancaire va être remise en cause. Il a en effet été remarqué à cette époque que la concurrence renforce l'efficience économique. Ainsi, afin d’augmenter l’efficience économique du système de crédit français, la concurrence entre banques va être volontairement augmentée grâce à uneplus grande déréglementation du système. La tendance de cette deuxième période va prendre fin a partir de 2007 avec la crise des subprimes qui a eu lieux aux États-Unis. Cette crise, démarrée aux États-Unis, a par la suite touché une grande partie du reste du monde.
On va à partir de ce moment là revenir vers une réglementation plus stricte des banques, et vers une concurrence moins importante.En effet, on a compris que la concurrence peut également augmenter la fragilité intrinsèque des banques.
L'idéal reste donc de trouver un compromis entre concurrence et stabilité.

Après avoir étudié le système de crédit Français à travers son système bancaire, nous allons nous intéresser a celui des États-Unis. Le système bancaire Américain peut lui aussi être décomposé en 3 périodes. Lapremière, de 1930 à 1945, se caractérise par l'apparition de nouveaux mécanismes de contrôle et la séparation des banques commerciales et des les banques d'affaires. Le rôle des banques commerciales est d'offrir à ses clients (particuliers et entreprises) les services dont ils ont besoin. Ses fonctions peuvent être de collecter l'épargne et gérer les portefeuilles financiers, d'accorder des crédits ouencore de gérer les dépôts. Les banques d'affaires se consacrent quant à elles à ce qui est inaccessible aux banques commerciales. Ceci correspond aux prises de participation, aux acquisitions d'entreprises ou encore aux financements d'investissements importants.
Durant la seconde période 1945-1980 on va assister à une déréglementation mais aussi à la privatisation de banques. On assiste...
tracking img