Dijdzijdzijzdzij

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1493 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ROQUES-CARMES Charles 1°S3
EDUCATION CIVIQUE, JURIDIQUE ET SOCIALE
Les élections régionales de 2010 : explications
Introduction
Les élections régionales qui ont eu lieu les 14 et 21 mars 2010 ont pour enjeu d’élire le conseil régional de chaque région. Le court paragraphe qui suit a pour visée d’expliquer le déroulement de ses élections, et leur rôle dans l’exercice de la citoyennetéà l’échelle régionale, en complément du tableau ci-joint.
Rappel : les élections régionales
Durée des mandats
Les élections régionales ont lieu tous les 6 ans, sauf pour celles de 2010, qui, par mesure transitoire n’auront effet que 4 ans, d’après la loi du 26 janvier 2010. On imagine qu’une nouvelle loi rétablira le mandat de 6 ans des conseillers qui seront élus en 2014.
Mode descrutin
Ces élections se déroulent au suffrage universel « à la proportionnelle ». Les élections se déroulent en 2 tours espacés d’une semaine. Le scrutin proportionnel est caractérisé par une prime majoritaire de 25% des sièges pour la liste arrivée en tête. Depuis 2004, les listes sont régionales et non départementales. Les listes comportent cependant des sections par département, pour faciliterl’identification de leurs candidats aux électeurs.
En Franche Comté, on élit 43 conseillers régionaux, soit :
19 dans le Doubs
4 dans le Territoire de Belfort
10 dans le Jura
10 en Haute-Saône, d’où l’appellation « par liste départementale. »
Dans chaque département, le nombre de sièges est disputé par les partis politiques en lice, et ce sont lesrésultats des élections qui déterminent le nombre de sièges par parti politique.
Les scores
Le score de chaque liste au premier tour des élections détermine l’orientation au deuxième tour :
au dessus de 5%, la liste peut fusionner avec une autre pour être représentée au deuxième tour du scrutin. Tous les frais de campagne lui sont remboursés intégralement.
au dessus de 10%, la listepeut se maintenir au second tour de scrutin, et éventuellement fusionner avec les listes ayant au moins 5% des suffrages.
au second tour : la liste qui arrive en tête obtient 25% des sièges à pourvoir en prime. Les autres sièges sont répartis à la représentation proportionnelle entre les listes ayant obtenu plus de 5% au deuxième tour, y compris la liste de tête.
Lesélections de 2004 : la Franche Comté déjà rose
De nombreux partis politiques mineurs, non mentionnés dans le tableau (pour faciliter la lecture), ont participé aux élections de 2004 : l’UDF qui est l’ancêtre du MoDem, le MEI (Mouvement écologiste indépendant). Leurs scores en dessous de la barre des 10% ne leur a pas permis d’obtenir des sièges au Conseil Régional. A l’issu de ces élections, fut élule Conseil Régional qui siégea jusqu’en 2010 ; une vague rose importante avait déjà submergé l’hexagone, et la Franche Comté n’a pas fait exception à la règle. Déjà à cette époque l’abstention était forte (aux alentours de 30-35%).
Les conseillers régionaux élus en 2004 choisirent Raymond Forni comme Président du Conseil. Son décès le 5 janvier 2008 obligea l’organisation d’une réunion duconseil et d’une élection anticipée d’un nouveau président, qui fut Marie-Guite Dufay.
Les élections de 2010 : un bilan similaire
La stratégie des alliances : le ticket pour le conseil
Plusieurs listes de gauche, comme Europe Ecologie, n’ont pas fait un score assez important pour se maintenir au deuxième tour. C’est alors qu’entre en jeu la stratégie des alliances, qui repose sur la fusion deplusieurs listes, pour que le parti puisse quand même avoir des représentants au conseil. Ces alliances se font généralement sous forme de compromis entre les représentants des différents partis et les élections étudiées ont fait l’objet d’une alliance au deuxième tour entre la liste PS et la liste Europe Ecologie.
Les résultats
Ces élections, comme les précédentes, ont marqué une forte...
tracking img