Dilemme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1778 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dilemme moral
Le vol
Travail sur Kant

Je travaille depuis près de deux ans à une boutique de linge aux promenades Saint-Bruno. J’y ai rencontré Fanie qui me semblait formidable. Elle était super gentille, respectueuse, drôle et adorable à première vue. J’ai commencé à la voir au moins une fois par semaine, car nous nous entendions super bien. Nous continuions à travailler ensemble et à avoirdu plaisir au travail. Cependant, elle ne s’entendait pas aussi bien que moi avec la gérante. N’ayant pas d’enfants, elle me considère presque comme sa fille et, comme je travaille bien et que j’apprends très rapidement, je suis devenue son assistante. Au départ, cela ne causait aucun problème même si je me trouvais entre les deux que j’apprécie énormément. Ma patronne me donnait les heures queje voulais et nous riions ensemble alors que la relation que j’avais avec Fanie était plus démontrée à l’extérieur du travail. Un jour, alors que j’allais chez Fanie, je remarquai qu’elle s’empressait souvent d’aller dans sa chambre ramasser ou faire je ne sais quoi lorsque j’arrivais. J’entendais plusieurs bruits de tiroirs et de portes de garde-robe. Bref, je ne m’en préoccupais pas trop dans lespremiers temps. Cependant, un jour où elle était très triste, elle m’invita chez elle. Étant préoccupée par autres choses, elle ne pensait pas à son ménage. C’est alors que je ne vis pas moins de dix vêtements que je ne me souvenais pas qu’elle avait achetés. Faisant mine de rien, j’observais le reste de sa chambre pour remarquer de dix à quinze accessoires également volés. La semaine suivante,une ex-employé vint nous annoncer au travail, à moi et ma patronne, que Fanie avait volé une robe noire. J’ai tout vérifié dans le cartable des achats d’employés et je n’y trouvai rien de ce que j’avais constaté. À ce moment, j’étais certaine qu’elle volait au travail. Je ne savais plus par où commencer. Je me questionnais énormément à savoir si je prévenais ma « boss » des autres vols, si jeprévenais Fanie que j’étais au courant, si je faisais comme si rien n’était, si je tentais de faire en sorte qu’elle quitte d’elle-même en la motivant à aller travailler dans le domaine qu’elle avait étudié ou si je m’arrangeais plutôt pour que quelqu’un d’autre la coince pour pas que j’aille à la dénoncer. Je me demandais même si je devais continuer à la côtoyer, si je devais arrêter graduellement desorte que ça ne cause pas trop de chicanes ou si j’arrêtais sec. Il y avait beaucoup d’options… Mon choix s’est arrêté sur le fait d’avertir ma patronne et Fanie de sorte qu’elle quitte et de continuer à la côtoyer, mais modérément.
Le choix, l’action, que j’ai fait a nécessairement été influencé par quelque chose. Si je me fis au roman de Kant, toute action fait par l’humain possède une influencequelconque. Premièrement, l’humain a une raison et un instinct comme caractéristiques universelles. Si on prend l’instinct, il influencerait la volonté pour commettre une action qui aura pour but une satisfaction de besoins ou de désirs. Cependant, la raison, elle, limiterait plutôt les intentions d’agir en freinant les pulsions dictées par l’instinct de sorte à ce que l’action posée soit biennon seulement pour la personne dont il est question, mais pour toute l’humanité. La raison permet donc une bonne volonté. Dans ma situation vécue, il est question de bonne volonté puisque j’ai médité mon choix avant de commettre mon action. Je n’ai pas réagis selon mes inclinations spontanées. J’ai préférer me demander ce que chaque choix impliquait et s’il relevait d’une bonne volonté,c’est-à-dire, s’il pouvait être bon pour tout le monde en tant que devoir d’agir.

Si je ne la dénonçais pas des autres vols et que ma patronne apprenait que j’étais au courant, je perdais mon emploi tout comme la voleuse. Cette action ou plutôt ce choix, aurait causé également un débalancement dans les inventaires que je faisais et elle volait dans la compagnie ou je travaillais. J’étais donc concernée...
tracking img