Dino buzzati : analyse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1646 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Dino Buzzati est né à San Pellegrino, ville du nord de l’Italie, en 1906. Dès son adolescence, Buzzati voudra devenir journaliste et écrivain. Un des faits les plus marquants de sa vie est la mort de son père en 1920, mort d'un cancer du pancréas. Certains diront que c’est ce « choc » qui accéléra le processus de maturation chez Buzzati. Dino Buzzati mourra de la même maladie en1972 à Milan. Il fut d’abord journaliste avant de monter sur la scène littéraire. C'est avec ses deux romans Bàrnabo des Montagnes et le Secret du Bosco Vecchi, qu'il commencera à avoir du succès. C'est tout de même Le Désert des Tartares qui le fera connaître du grand public. Buzzati sera longtemps jugé par la critique italienne comme étant « un cas appart ». En effet durant le 20ème siècle lefascisme sévit en Italie, Mussolini monte au pouvoir et les écrivains sont tous engagés. Ils dénoncent le dictateur italien dans leurs ouvrages. Dino Buzzati n’est pas un auteur engagé en ce sens. Il n’écrit pas sur la guerre ou très peu. Certains verront peut-être dans Le Désert des Tartares une critique de l’armée mais beaucoup d’autre diront que ce n’est nullement un critique. Nouvelliste,romanciers, Dino Buzzati écrira aussi des contes, des pièces de théâtre et même des poèmes.

Le fantastique, la fuite du temps pour thème principal, ses œuvres sous le signe de l'étrange ou de l’absurde feront de Dino Buzzati un des plus grands auteurs italiens du XXe siècle. D'autres thèmes sont abordés par Buzzati : l'angoisse du néant, le mystère de la souffrance, ect. Dino Buzzati est fort connupour ses romans mais ses nouvelles témoignent tout aussi bien du talent de l'auteur. « Pauvre petit garçon », « Le veston ensorcelé » ou même « Le K » sont des nouvelles ayant connu un grand succès. Buzzati, grâce à ses récits fantastiques ou ironiques, ne cessera de nous montrer cette incessante quête de sens.

Certains associeront Buzzati à Kafka (grand auteur pragois), prétendront même queBuzzati est influencé par celui-ci. Ils ont en commun une tendance, une « disposition » à la l’absurde. Beaucoup de ses écrits incitent à la réflexion sur la condition humaine.
Le fantastique buzzatin ne nous éloigne pas du réel, comme nous le verrons plus tard, il nous y fait pénétrer au plus profond, dans ses recoins les plus obscurs. Buzzati écrira souvent sur le même thème. La fuite du tempsest son thème de prédilection cette « attente » est caractéristique du Désert des Tartares. Une chose que l’on peut ajouter sur Buzzati est qu’il n’y a pas de réel évolution dans son style d’écriture, dès ses débuts il écrira de manière très spontanée et remarquable.

Citation

« Ce que l'on a appelé le « fantastique buzzatien » n'est que la périphérie visible, l'écorce la plus évidente decette démarche profonde. La fonction majeure de l'écriture reste de donner un corps, sinon un sens, à l'inexprimable. Elle se calque donc, « en draperie mouillée », sur le réel : c'est le réel qui par essence est fabuleux, et non l'écriture qui, scrupuleusement, en rend compte. »

Citation de Michel SUFFRAN, Dino Buzzati, le Laboratoire secret.

Chez Buzzati, le décor, le « fond » est plus queréaliste, il y a toujours une situation des plus quotidiennes. Le héros buzzatien évolue d'abord de notre monde, un monde rationnel. Lorsque un élément fantastique intervient on l'accepte presque instantanément, comme s'il s'agissait d'une « autre forme » de réel pour finir par se « calquer », « ressembler » au réel. La fonction majeure du fantastique buzzatien est de grossir les défauts, les vicesdes Hommes, de notre monde pour les démaquer.

Buzzati use du fantastique pour nous expliquer ce qu'il juge inexplicable. Ce que l'on ne peut expliquer comme la vengeance, l'envie explicable d'en avoir toujours plus ou la jalousie comme dans sa nouvelle « Le vent » nouvelle du recueil Le K. Buzzati critiquera, expliquera nombreux faits de société dans ses nouvelles. « Se calque en draperie...
tracking img