Discours de bayeux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2200 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire du discours du Général de Gaulle le 16 juin 1946 à Bayeux.

Quelques mois après avoir démissionné du Gouvernement Provisoire de la République Française (GPRF), Charles de Gaulle prononce à Bayeux, le 16 juin 1946, un discours capital dans l’histoire politique française. Charles de Gaulle propose la vision apaisée d’une France résistante, celle d’une France unie depuis le début dansla lutte contre l’occupant nazi, mais surtout expose ses idées sur la nécessité d'une rénovation des institutions dont la France devrait se doter dans les semaines qui suivent. Ce discours a un fort retentissement, d’autant plus grand que le contexte politique est délicat : après le rejet par le peuple du premier projet de constitution, à l’élaboration laborieuse, la France semble indécise, dansl’attente de sa constitution mais aussi de la formation du nouveau gouvernement.
En effet, Bayeux fut la première ville libérée le 7 juin 1944 par les Alliés: le discours est donc prononcé à l'occasion du second anniversaire de cet événement. Il se pose alors en opposition au régime de Vichy en apparence légalement instauré en juillet 1940. Le 16 juin marque la date à laquelle le Maréchal Pétainest devenu chef du Gouvernement de la Troisième République: il est donc permis de penser que l'expression « désastre initial » y fait en partie référence. La guerre finie, il évoque la renaissance de l'État qui « est et demeure » une République qui « en droit, n'a pas cessé d'exister ».
Comment le Général de Gaulle conçoit-il l'établissement de nouvelles institutions françaises après leGouvernement Provisoire issu de la Seconde Guerre Mondiale?
Tout d'abord, nous verrons qu'une réforme des institutions est nécessaire ( I ) puis que l'évolution du pouvoir législatif contribue à cette réforme fondamentale ( II )

I. Une réforme nécessaire engendrant une véritable évolution du rôle de l'exécutif.

Au cours de la Troisième République ( 1875-1940 ), la France a connu une instabilitéministérielle dont elle cherche à sortir ( A ) en tentant de mettre en place de nouvelles institutions, notamment en attribuant un pouvoir exécutif fort ( B )

A- Après les instabilités ministérielles, un renouveau institutionnel semble nécessaire.

Il y a une faiblesse du parlement. Ses sessions sont trop brèves pour légiférer correctement. Le gouvernement a recours à des décrets-loi: par uneloi dite de plein pouvoirs ( ou d'habilitation ), le Parlement autorise le gouvernement à prendre, par voie de décret-loi, pour un certain délai et dans certains domaines, des mesures qui normalement devraient être adoptées sous forme de loi. Ces décrets-loi font l'objet d'une ratification du Parlement. Le décret-loi de la III° République est l'ancêtre de l'ordonnance de la V° République. Ainsi,le Parlement joue un rôle très négatif: il ne légifère pas ou légifère mal. Il empêche le gouvernement de gouverner en entretenant un phénomène d'instabilité ministérielle. Cette double carence du Parlement va entraîner l'émergence d'une mouvance anti-parlementaire notamment dans les milieu d'extrême droite. L'anti-parlementarisme ambiant et l'inefficacité des institutions expliquent en partiel'effondrement de la III° République face à l'offensive allemande en 1940. Les institutions de la III° République se révèlent incapables de faire face à cette situation.
La III° République survit officiellement jusqu'au 10 juillet 1940. Ce jour là, on adopte une révision par laquelle tous les pouvoirs sont donnés au gouvernement sous l'autorité du Maréchal Pétain qui devra promulguer par un ouplusieurs actes la Constitution de l'État français. On ne parle plus de République mais d'État français. La révision va supprimer la présidence de la République et on attribue le titre de chef de l'État français au Maréchal Pétain, on se trouve alors sous un régime autoritaire.
Dans son discours, le Général de Gaulle dit : « le trouble dans l'État a pour conséquence inéluctable la désaffectation...
tracking img