Discours de la méthode descartes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (758 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Discours de la méthode.

   Thèse : La science n’a pas qu’un intérêt spéculatif, elle a aussi un intérêt pratique. Elle va permettre de « nous rendre comme maîtres et possesseurs de la Nature ». I°) Descartes commence par répondre à la question à la manière des Anciens. La connaissance est à elle-même sa propre fin. Connaître a pour vocation de satisfaire une exigence fondamentale del’esprit humain qui est de savoir, de découvrir la vérité. C’est là, le thème de la science comme activité libérale c’est-à-dire désintéressée. Il y a bien chez Descartes une volonté de savoir pour savoir.Mais ce texte établit que la science, dans sa forme moderne, n’a pas qu’un intérêt théorique, elle a aussi un intérêt pratique. « Pratique » signifie : « qui concerne l’action ». Le terme s’opposedans le texte à « spéculatif » et on sent que ce dernier a une signification péjorative. Il est moins synonyme de théorie que de spéculations oiseuses, sans véritable contenu concret. Pr cette raison,Descartes rompt avec l’esprit de la scolastique et fonde le savoir sur de nouvelles bases, en particulier sur la seule autorité de la raison.
Au début du texte il fait allusion aux progrès qu’il afaits dans l’élaboration de la physique Celle-ci a pour objectif de dégager les lois de la nature, et Descartes découvre, dans sa propre pratique que ce genre de connaissances peut donner lieu à desapplications pratiques forts intéressantes pour les hommes. C’est d’ailleurs cette prise de conscience qui le détermine à publier ses recherches.

2°) Il y a une utilité de la science moderne car laconnaissance des lois régissant les phénomènes naturels permet d’intervenir sur eux  pour réaliser des fins proprement humaines.
Descartes énumère ces fins :
-Soulager le travail des hommes dansl’exploitation des ressources naturelles par l’invention d’outils, de machines, de savoir-faire permettant  de produire l’abondance des biens nécessaires au bonheur, avec moins d’efforts humains....