Discours de mac mahon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (946 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Messieurs les sénateurs, Messieurs les députés,
J’ai du me séparer du ministère que présidait M. Jules Simon et en former un nouveau. Je dois vous faire l’exposé sincère des motifs qui m’ont amené àprendre cette décision.
Vous savez tous avec quel scrupule, depuis le 25 février 1875, jour où l’assemblée nationale a donné à la France une constitution républicaine, j’ai observé, dans l’exercicedu pou­voir qui m’est confié, toutes les prescriptions de cette loi fondamentale.
Avec les élections de l’année dernière, j’ai voulu choisir pour ministres des hommes que je supposais être en accordde sentiments avec la majorité de la Chambre des Députes. J’ai formé, dans cette pensée, successive­ment deux ministères. Le premier avait à sa tête M. Dufaure, vétéran de nos assemblées politiques,l’un des auteurs de la Constitution, aussi estimé pour la loyauté de son caractère qu’illustre par son éloquence. M. Jules Simon, qui a présidé le second, attaché de tout temps à la forme républicaine,voulait, comme M. Dufaure, la concilier avec tous les principes conservateurs.
Malgré le concours loyal que je leur ai prêté, ni l’un ni l’autre de ces ministères n’a pu réunir dans la Chambre desdéputes, une majorité solide acquise à ses propres idées. M. Dufaure a vainement essayé l’année dernière, dans la discus­sion du budget, de prévenir des innovations qu’il regardait justement comme trèsfâcheuses. Le même échec était réservé au Président du dernier cabinet sur des points de législation très graves au sujet desquels il était tombé d’accord avec moi qu’aucune modification ne devait êtreadmise.
Après ces deux tentatives, également dénuées de succès, je ne pourrais faire un pas de plus dans la même voie sans faire appel ou demander appui à une autre frac­tion du parti républicain,celle qui croit que la République ne peut s’affermir sans avoir pour complément et pour conséquence la modification radicale de toutes nos grandes institutions administratives, judiciaires,...
tracking img