Discours de roméo qui se révolte contre sheskespeare

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (691 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
d
Discours d'un persinsonnage de roman qui se révolte contre son auteur

Je plaide ma cause devant tout le monde pour me venger de M. Sheskespeare d'avoir pervertit mon image Premièrement il m'amontré comme un jeune homme qui ne cesse pas de courir derrière une jeune demoiselle de 14 ans alors que moi j'étais saisi d'une idée de la gloire et je me suis préparé pour la guerre.Il m'a présentécomme un homme capable de trahir ma famille et d'épousé une femme qui n'est pas de mon clan. La vraie Juliette était une Montaïgue et non une Capulette , elle était beaucoup plus sage et elle étaitun peu plus agée . M.Sheskespeare croyait que j'étais incapable de séduire une jeune femme déjà épanouie. Mais la vraie Juliette avait 17 et moi 25, l'âge convenable d'épouser une femme.Et puis nosrelations aussi étaient bien plus réalistes et beaucoup moins romantiques. Pouvez-vous imaginer un jeune noble Italien d'une des familles les plus puissantes de Vérone guétter sa fiancée sur le balconde son château au clair de la lune alors qu'en vérité nos fiançailles se sont déroulés au Palais ducale en présence de mes chers parents! La céromonie était belle et solonnelle, elle impressionaittoute la ville.
Et puis tous ces duels ! Mais M Sheskespeare imaginait toutes ces bagarres pour distraire le publics anglais qui aimait les blessures,le sang et la mort . La vérité est ce que cesCapulettes voulaient toujours nous présenter comme des bagarreurs et M.Sheskespraere qui n'a pas voulu chercher trop loin ,a cru sur parole et pris leur récit au pied de la lettre. Ce sont eux quivoulaient toujours se bagarrer et nous voulions établir la paix. Et cette invention de ma mort et celle de ma bien-aimée! Mais quelle personne résonable pourrait croire à de telles sotises? S'empoissoneret s'empoignarder en pleine fleur de l'âge! L'amour ne vaut pas cette peine , si on n'a pas un , on n'aura un autre. Certes, Juliette était belle et ravissante comme une reine ,mais j'était du...