Discours sur le bonheur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 78 (19378 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DOSSIER DE PRESSE
au 16 août 2010

LES HOMMAGES (page 2) LA COMPETITION (page 12) LE JURY PALMARES (page 15) HISTOIRE DES PALMARES (page 20) LE JURY REVELATION CARTIER (page 32) LES FILMS (page 36) DEAUVILLE SAISON 1 (page 42) LES NUITS AMERICAINES (page 50) LES EVENEMENTS (page 51) UN FESTIVAL OUVERT AU PUBLIC (page 56) LES PARTENAIRES DU FESTIVAL (page 59)

LES HOMMAGES
ANNETTE BENINGComédienne
Née au Kansas, Annette Bening passe sa jeunesse à San Diego où elle est engagée comme danseuse dans un spectacle présenté sous l’égide du Old Globe Theatre. Elle décroche ainsi un petit rôle dans une adaptation de William Shakespeare, puis dans deux pièces au sein du San Diego Repertory Theatre. Elle obtient ensuite un diplôme à la San Francisco State University et suit des cours àl’American Conservatory Theatre de San Francisco avant de rejoindre cette troupe. Après plusieurs festivals d’été passés sur les planches dans des productions régionales, sa carrière la mène à New York. En 1987, elle est citée au Tony Award de la meilleur jeune comédienne et remporte le Clarence Derwent Award de la meilleure jeune comédienne pour son interprétation dans « Coastal Disturbances » deTina Howe qu’elle joue à Broadway. Annette Bening fait ses débuts au cinéma en 1988 dans « Vacances très mouvementées » d’Howard Deutch dans lequel elle donne la réplique à Dan Aykroyd. Elle est ensuite dirigée par Milos Forman dans « Valmont » (1989), aux côtés de Colin Firth et Meg Tilly, puis par Mike Nichols dans « Bons baisers d’Hollywood » (1990). En 1990, elle est au générique du long métrage« Les arnaqueurs » de Stephen Frears aux côtés de John Cusack et Anjelica Huston. Son interprétation dans ce film lui vaut une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle et une même nomination aux BAFTA Awards anglais. Un an plus tard, elle tourne dans « A propos d’Henry » de Mike Nichols avec Harrison Ford, « La liste noire » d’Irwin Winkler avec Robert de Niro, et « Bugsy »de Barry Levinson avec Warren Beatty, rôle pour lequel elle est nommée aux Golden Globes de la meilleure actrice. Au milieu des années 90, elle partage l’affiche avec Michael Douglas dans « Le président et Miss Wade » (1995) de Rob Reiner, rôle qui lui vaut une nouvelle nomination aux Golden Globes de la meilleure actrice, puis elle incarne la reine Elizabeth dans « Richard III » (1995) de RichardLoncraine et la femme de Jack Nicholson dans « Mars Attacks ! » (1996) de Tim Burton. Elle joue ensuite dans « Couvre-feu » (1998) d’Edward Zwick avec Denzel Washington et « Prémonitions » (1999) de Neil Jordan. 2

En 1999, Annette Bening obtient sa première nomination à l’Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation dans « American Beauty » de Sam Mendes aux côtés de Kevin Spacey, lefilm remportant cinq Oscar dont ceux de meilleur film et meilleur réalisateur. Elle reçoit également un BAFTA Award de la meilleur actrice, une nomination aux Golden Globes et deux Screen Actors Guild Awards. En 2000, elle est à nouveau dirigée par Mike Nichols dans la comédie « De quelle planète viens-tu ? » puis par Kevin Costner dans le western « Open Range » (2003). En 2004, elle est nomméeune deuxième fois à l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans « Adorable Julia » d’István Szabó. Elle remporte également pour ce film un Golden Globe et un Screen Actors Guild Award. L’année suivante, sa prestation dans le téléfilm « Mrs. Harris » de Phyllis Nagy lui vaut une nouvelle fois d’être nommée aux Golden Globes de la meilleur actrice, au Screen Actors Guild Award et à l’EmmyAward. Parallèlement à sa carrière au cinéma, Annette Bening est régulièrement sur les planches. Elle obtient ainsi en 1999 une nomination à l’Ovation Award de la meilleure comédienne pour son interprétation de Hedda Gabler dans la pièce homonyme d’Henrik Ibsen au Geffen Playhouse de Los Angeles. Elle s’illustre également sur scène à Los Angeles dans « La cerisaie » de Anton Tchekhov, « Talking...
tracking img