Discours sur le colonialisme. aimé césaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 5 (1140 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 4 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chauvin Clément
-------------------------------------------------
Français

-------------------------------------------------

Le texte soumis à notre étude est extrait du Discours sur le colonialisme, une œuvre écrite par Aimé Césaire en 1955. Aimé Césaire, écrivain et homme politique antillais, est à l’origine avec le Sénégalais Léopold Sédar Senghor et le Guyanais Léon Damas, dumouvement littéraire et politique de la « négritude ». Il crée ce mot en 1934 pour désigner l’ensemble des valeurs culturelles et spirituelles qui caractérisent les Noirs, rejetant par là l’idéologie coloniale et l’ethnocentrisme européen.
Dans cet extrait, Aimé Césaire s’interroge sur les notions de « sauvagerie » et de « civilisation », pour dénoncer la barbarie inavouée de la colonisation européenne.Nous nous interrogerons sur les procédés utilisés par Césaire pour dénoncer le colonialisme.
Notre analyse abordera deux points. Tout d’abord, nous étudierons sa critique envers les colonisateurs et dans un second temps, nous serons sensibles au parallèle effectué avec le nazisme.

Dans un premier temps, Aimé Césaire veut montrer la cruauté de la colonisation. Pour cela, il utilise unvocabulaire violent : « tête coupée », « œil crevé », « supplicié », violée ». Aimé Césaire cherche à interpeller le lecteur, et à lui montrer la vérité. Dès les premières lignes, l’auteur utilise une gradation, pour montrer l’ampleur qu’a prise la colonisation. Il parle également de sa propagation : « propagés », pour montrer l’étendue ce celle-ci. Aimé Césaire utilise le champ lexical de la maladie :« gangrène », « infection ». Ce champ lexical tente d’inspirer le dégoût au lecteur, dont le but est une nouvelle fois de faire prendre conscience au lecteur de se qui se passe. L’Europe est donc une terre à guérir.
Dans un second temps, Aimé Césaire déclare que « la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur ». Il utilise ici l’ironie, en affirmant que les premières victimes de lacolonisation sont les colonisateurs eux même. L’utilisation du caractère italique pour « déciviliser », le met ici en valeur. Il veut mettre en évidence le fait que la colonisation n’est pas digne d’une réflexion humaine. En effet, celle-ci ressemble plus à abrutissement des européens, l’auteur utilise le verbe « abrutir ». Ce système politique rend les colonisateurs comme des animaux. Cesderniers deviendraient sauvages, comme des brutes. L’auteur parle ici d’un « ensauvagement » du continent, ce qui renforce une nouvelle fois le caractère animal de la colonisation. Il parle ici d’une « régression » de la civilisation, nouvelle preuve de la mauvaise influence de la colonisation.
Dès le départ, Aimé Césaire n’épargne pas son lecteur. En effet, celui-ci évoque directement sa thèse et vamême jusqu’à effectué une accusation envers la France. Pour cela il utilise une répétition de « Et qu’en France ». Il insiste sur la culpabilité de la France dans la colonisation. Aimé Césaire n’utilise qu’une seule phrase dans le premier paragraphe, il insiste donc de nouveau. Il cherche donc ici à étouffer le lecteur, pour représenter l’étouffement qu’ont pu subir les colonisés. Pour cela, Césaireutilise également la violence, « coupée », « violée » … Il est donc ici dans le registre polémique. Il cherche donc à choquer, interpeller le lecteur pour qu’il s’interroge, réfléchisse sur le bien fondé de la colonisation. Il leur reproche également d’avoir fermé les yeux sur la violence de la colonisation : « traités violés », « expéditions punitives tolérées ». Césaire accuse donc les Européensd’avoir refusé de voir la vérité en face, et leur reproche d’avoir accepter la banalisation de cette violence.

Par la suite, Aimé Césaire effectué un parallèle avec le nazisme. Il fait donc ici rappel à la seconde guerre mondiale. Il cherche donc à interpeller le lecteur, il veut donc faire revivre le traumatisme de cette guerre qui fut effroyable et sanguinaire. Aimé Césaire utilise...
tracking img