Discours d'investiture de charles de gaulle, président du conseil à l'assemblée nationale, le 1er juin 1958

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1137 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Discours d'investiture de Charles de Gaulle, président du Conseil,
à L'assemblée nationale, le 1er Juin 1958.

Le texte:

" La dégradation de l'Etat qui va se précipitant.L'unité française immédiatement menacée. L'Algérie plongée dans la tempête des épreuves et des émotions. [...] Dans la métropole des mouvements en sens opposé renforçant d'heure en heure leur passion et leur action.L'armée, longuement éprouvée par des tâches sanglantes et méritoires, mais scandalisée par la carence des pouvoirs. Notre position internationale battue en brèche jusqu'au sein même de nos alliances. En ce temps même où tant de chances, à tant d'égards, s'offrent à la France, elle se trouve menacée de dislocation et, peut-être, de guerre civile.
C'est dans ces conditions que je me suis proposé pourtenter de conduire, une fois de plus, au salut le pays, l'Etat, la République, et que, désigné par le chef de l'Etat, je me trouve amené à demander à l'Assemblée nationale de m'investir pour un lourd devoir.
[...] Mais ce ne serait rien que de remédier provisoirement, tant bien que mal, à un état de choses désastreux, si nous ne nous décidions pas à en finir avec la cause profonde de nos épreuves.Cette cause- L'Assemblée le sait et la Nation en est convaincue-, c'est la confusion et par là même l'impuissance des pouvoirs. Le Gouvernement que je vais former, moyenant votre confiance, vous saisira sans délai d'un projet de réforme [...] [de l'article 90] de la constitution, de telle sorte que l'Assemblée nationale donne mandat au Gouvernement d'élaborer, puis de proposer au pays, par la voiedu référundum, les changements indispensables. Au terme de l'exposé des motifs qui vous sera soumis en même temps que le texte, le Gouvernement précisera les trois principes qui doivent être, en France, la base du régime républicain et auquel il prend l'engagement de conformer son projet. Le suffrage universel est la source de tout pouvoir. Le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif doivent êtreeffectivement séparés, de façon que le Gouvernement et le Parlement assument, chacun pour sa part et sous sa responsabilité, la plénitude de ses attributions. Le Gouvernement doit être responsable vis-à-vis du Parlement. " ( Les Grands Discours parlementaires de la IV° République, de Pierre Mendès France à Charles de Gaulle, texte présentés par Sabine Jansen, Armand Colin, collection d'histoireparlementaire, 2006.).

Les questions:

1) Présentez le contexte du mois de mai 1958.
2) A quels maux de Gaulle attribue-t-il les difficultés que traverse le pays ?
3) Montrez que de Gaulle annonce dans ce discours la fin de la IV° République ?
4) Sur quels principes politiques de Gaulle entend-il fonder une nouvel république ?
5) Indiquez comment de gaulle a mis en oeuvre ces principes ?Le corrigé:

1) En mai 1958, la guerre d'Algérie dure depuis quatre ans. Les différents gouvernements de la IV° République qui se sont succédé ont été incapables de résoudre le conflit algérien. La position internationale de la France est contestée à l'ONU. Le 13 mai 1958, l'investiture de Pierre Pflimlim, favorable au dialogue avec les nationalistes algériens du FLN, provoque une grandemanisfestation d'Européens à Alger en faveur de l'Algérie française. Cette manifestation dégénère en émeute à laquelle se rallient les généraux français. Un Comité de salut public, dirigé par les généraux français Salan et Massu, réclame le retour du général de gaulle au pouvoir; celui-ci se déclare prêt l'assumer. La situation est extrêmement tendue puisqu'en métropole la gauche se mobilise contre lecoup de force d'Alger; le pays est au bord de la guerre civile. C'est dans ce contexte que, le 1er Juin 1958, le président de la République René Coty nomme le général de Gaulle président du Conseil.

2) De Gaulle attribue les maux dont souffre la France à la mauvaise gestion du conflit algérien par les gouvernements de la IV° République, mais plus profondément à l'organisation des pouvoirs...
tracking img