Disertation gratuite

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1007 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Livres et bibliothèques
1. Mort et résurrection du livre électronique

On le croyait agonisant le tristement célèbre " ebook " –dit " livrel " en français de chez-nous. À quoi bon, en effet, cet encombrant et coûteux appareil alors que le papier demeure si abordable, si facile à manipuler, si léger?
Voilà pourtant que les grands du multimédia, les Adobe, Microsoft et confrères, réunis sousl’égide du Open ebook Forum (OeF), nous assènent d’optimistes statistiques témoignant de la résurrection du livre électronique. Mais cette fois, sous la forme de fichier informatique téléchargeable, à la manière de ce qui se pratique déjà en musique.

Autrement dit, après avoir transformé le marché de la musique, les internautes s'attaqueront-ils à celui du livre?
Ce " nouveau " livre électroniqueconnaîtrait la plus forte croissance de tous les secteurs de l’édition, selon l'OeF. Un chiffre, parmi d’autres : 25 % d’augmentation des ventes entre le troisième trimestre de 2004 et celui de l’année précédente, pour un montant global de 3 227 972 $, soit quelque... 419 962 exemplaires. En tête de liste: Dan Brown et ses divers succès, dont le Da Vinci Code, les incontournables Stephen King et–best-seller universel– ... Holy Bible.


Émergence d’une tendance ou surenchère?
" Comme disait Shakespeare, beaucoup de bruit pour rien! ", lance Philippe Leroux, actionnaire de VDL2, une agence de communication et de marketing spécialisée en commerce électronique. Fondée en 1994, la firme est réputée pour son analyse des tendances du marché du multimédia. Philippe Leroux ne croit tout simplementpas au phénomène; le " e-book " ne détrônera pas le livre papier pour la bonne et simple raison qu’il n’offre aucune valeur ajoutée.
À cette règle, deux exceptions : le manuel d’instructions, qui permet des fonctions d’utilisation, telle que la mise à jour via internet; et la documentation de référence, pour ses facilités de recherche textuelle. En fait, bon nombre d’entreprises de hautetechnologie, tel que Boeing, et d’institutions du savoir, dont l’Université de Phoenix, utilisent déjà ces " livres " électroniques, et poursuivent l’exploration et le développement de leurs infinies possibilités.
Les promoteurs du livre électronique vantent pourtant la valeur ajoutée de leur produit, notamment par l’utilisation des technologies nomades. En quelques clics, on peut maintenant téléchargerl’oeuvre d’Alexandre Dumas ou un ouvrage sur la gestion de stress sur son agenda électronique ou son cellulaire. Pratique dans le métro comme chez le dentiste. Et si un passage nous plaît particulièrement, on l’envoie à l’adresse courriel de son meilleur ami.
Reste un problème selon Leroux: la taille de l’écran. Même constat face aux limites de cette technologie chez les internautes les plusbranchés. " Ça va pour lire cinq ou six lignes à la fois, comme des nouvelles. Mais pas pour un livre! ", commente Yanik Proulx, un travailleur du multimédia qui connaît bien le millieu " geek ". Il décrit le phénomène du livre électronique comme " mineur ", voire " dérisoire ".

Piratage : après la musique, le livre?
Reste un avantage indéniable en faveur du livre sous forme de fichier informatique :son prix. Normal, on ne paie alors qu’un contenu. Un argument qui pourrait, si la technologie arrive un jour à combler les besoins du lecteur, faire tout basculer.
Certes, l’industrie s'emploiera à limiter les dégâts. " On l’a vu avec la musique, les films. On ajoutait une barrière; le lendemain, quelqu’un trouvait le moyen de la franchir. C’était ridicule ", rétorque Yanik Proulx. Philippe Lerouxrenchérit : " Pour contrer le piratage, le livre suivra la même tendance que les autres, celle de la gratuité. "
Audiobook et compagnie : le livre à valeur ajoutée

Si le livre électronique tarde à remplir ses promesses — à supposer qu'il les remplisse un jour– son proche cousin, l’audiolivre, semble gagner en popularité, du moins aux États-Unis.
Audiolivre? Le mot le dit : un livre...
tracking img