Disertation investissement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1844 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
QSTP – CORRIGÉ Vous montrerez que si l'investissement est nécessaire à la croissance, il n'est pas suffisant.
Travail préparatoire 1) Lorsque le taux d'investissement augmente, la croissance s'accélère, et inversement, lorsque le taux d'investissement diminue, la croissance ralentit. Par exemple, entre 1984 et 1991, le taux d'investissement passe de 16,7 % du PIB à 19,4 %, soit une augmentationde 16 %. À partir de 1991, on constate que la croissance, qui était jusque là très faible (et même négative pour l'année 1993) repart et passe à près de 4 % en 1999. On peut également dire que lorsque la croissance est forte, l'investissement augmente, et inversement. 2) En 2007, la Formation Brute de Capital Fixe, c'est-à-dire l'investissement des entreprises, a contribué à un point de croissancedu PIB. En d'autres termes, l'évolution de l'investissement a permis d'augmenter le PIB de 1 %, toutes choses égales par ailleurs. 3) Les deux principaux facteurs de croissance en 2007 sont d'une part la consommation et d'autre part l'investissement. En effet, la consommation finale des ménages explique 1,4 points de croissance, soit plus de la moitié de la croissance du PIB de l'année (qui étaitde 2,2 % en 2007). L'investissement quant à lui est à l'origine de 1 point de croissance. C'est donc la demande intérieure qui a été le moteur de la croissance française en 2007. On peut noter cependant que la demande extérieure (c'est-à-dire les exportations) ont également eu un impact favorable : 0,8 point de croissance. 4) « Une dépense initiale d'investissement se traduit par une successionde flux de revenus et de dépenses » : on trouve ici formulée l'explication du principe du multiplicateur d'investissement mis en évidence par Keynes. Un investissement correspond en effet à une acquisition de biens de production, ce qui correspond à une augmentation du revenu de l'entreprise qui produit ces biens de production (augmentation de son chiffre d'affaires et de son profit). Ce surplus derevenu va être à son tour distribué, soit sous forme d'acquisition d'autres biens de production (un nouvel investissement qui se traduit par une augmentation du profit du fournisseur), soit sous forme de salaires distribués aux salariés (qui vont consommer). Ces revenus vont à leur être dépensés et constituer des revenus pour d'autres agents économiques. Au final, une augmentation del'investissement se traduit par une augmentation plus que proportionnelle des revenus. 5) Il existe trois formes d'investissement dont les effets sont différents. L'investissement de capacité consiste à augmenter les capacités de production. Il s'accompagne généralement de création d'emplois, et à un impact très positif sur la croissance économique. L'investissement de remplacement a quant à lui pour objectifde remplacer le capital usé ou obsolète. Son effet est limité sur l'emploi et il ne permet pas d'augmenter le niveau de la production : son impact sur la croissance est donc faible. Enfin, l'investissement de productivité consiste à acquérir du capital plus performant, afin d'augmenter la production par heure et/ou par salarié. L'entreprise peut ainsi diminuer ses coûts de production. Cetinvestissement peut permettre d'augmenter le niveau de la production, mais son impact sur la croissance dépend de la répartition des gains de productivité dans l'entreprise, d'autant qu'il se traduit à court terme par des suppressions d'emplois (et donc par une diminution de la consommation). 6) Plusieurs éléments ont freiné la croissance française en 2005. Le premier élément est la monnaie unique. Eneffet, l'euro s'est considérablement apprécié par rapport aux autres monnaies. De ce fait, les exportations françaises ont été moins compétitives, puisque leur prix a augmenté du fait de la hausse du taux de change. Les exportations ont donc été freinées, les entreprises ont vu leurs débouchés se réduire, et elles ont de ce fait moins investi et moins embauché, ce qui a pénalisé la croissance...
tracking img