Disertation monde l'apres guerre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2943 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
-
LE MONDE DE L’APRES-GUERRE

Le monde de l’après-guerre désigne la période de l’histoire qui s’étend de 1945 à 1947. 1945 : fin de la Seconde Guerre mondiale. 1947 : début du conflit Est-Ouest. Deux années au cours desquelles pays vainqueurs et pays vaincus s’efforcent de reconstruire le monde qu’ils avaient eux-mêmes contribué à détruire.

I - un monde détruit

En 1945, après sixannées de guerre, le bilan est sans appel. Le monde est détruit : tant sur le plan humain et moral que sur le plan matériel et économique.

A - Sur le plan humain et moral

Le monde est détruit sur le plan humain et moral parce que, sur le plan humain, jamais une guerre n’a provoqué autant de morts et, sur le plan moral, parce que jamais les limites de l’horreur n’ont été repoussées aussi loin.1 - Sur le plan humain

La Seconde Guerre mondiale est bien plus meurtrière que la Première : 60 millions entre 1939 et 1945 contre « seulement » 9 millions entre 1914 et 1918.
Bien plus. Pour la première fois au cours d’un conflit militaire, la proportion de civils tués est plus élevée que celle des soldats : 52 % contre 48 %. Entre 1939 et 1945, une victime sur deux est donc un civil. àtitre de comparaison, entre 1914 et 1918, la part des pertes civiles ne représentait que 5 % des pertes totales.
Ce bilan s’explique naturellement par des raisons géographique et raciale : d’une part, le caractère mondial de la guerre ; d’autre part, la volonté d’exterminer le peuple juif. Mais ce bilan s’explique aussi par le recours de plus en plus systématique aux bombardements aériens : quece soit du côté des vaincus, où en 1940 les raids massifs de l’aviation font 60.000 morts en Angleterre, dont la moitié à Londres ; ou bien que ce soit du côté des vainqueurs, où en 1945 les bombardements aériens de Dresde en Allemagne le 13 février, de Hiroshima et de Nagasaki au Japon les 6 et 9 août, font respectivement 135.000, 60.000 et 40.000 morts.
Mais, de tous les pays impliqués dans leconflit mondial, ce sont l’URSS (21 millions), la Chine (15 millions), l’Allemagne (7 millions), la Pologne (5,4 millions) et le Japon (3 millions) qui payent le plus lourd tribut à la guerre, loin devant la France qui, ayant capitulé dès 1940, ne déplore « que » 600.000 victimes.

2 - Sur le plan moral

En 1945, la découverte des camps de concentration en Europe et l’emploi de l’armenucléaire en Asie provoquent un traumatisme moral sans précédent. Le génocide perpétré contre les 6 millions de Juifs et les 250.000 Tziganes ainsi que la mort de 370.000 Japonais[1] après le recours à la bombe atomique font prendre conscience au monde que des êtres civilisés peuvent se comporter comme des barbares et mettre la science au service des « crimes de masse ».
C’est d’ailleurs pour jugerles génocidaires nazis et les criminels de guerre nippons que sont institués le Tribunal de Nuremberg entre 1945 et 1946 ainsi que le Tribunal de Tokyo entre 1946 et 1948. C’est également au cours de ces deux procès que sont recensés un nouveau type de crime : le génocide ; et un nouveau type d’infraction pénale : le crime contre l’humanité. Il est toutefois regrettable de constater que cette« justice des vainqueurs » infligée aux dépens des vaincus ne se soit pas préoccupée des crimes commis par certains vainqueurs, à commencer par l’URSS de Staline, à l’origine en 1940 du « massacre de Katyn », au cours duquel l’Armée rouge exécuta sommairement 20.000 soldats polonais.

B - Sur le plan matériel et économique

En 1945, le monde n’est pas seulement détruit sur le plan humain et moral.Il l’est également sur le plan matériel et économique.

1 - Sur le plan matériel

L’Europe et l’Asie, théâtres principaux des opérations militaires, sont les deux continents les plus touchés par la Seconde Guerre mondiale. Des villes entières, bombardées, sont détruites par les raids aériens. Parmi elles : Stalingrad, Varsovie, Berlin, Le Havre, Coventry et Tokyo.
L’URSS, à elle...
tracking img