Disparition de la mer d'aral

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2140 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

LA MER D’ARAL

MER D’ARAL

[pic]
Disparition de la mer d’Aral :

L’Homme parviendra-t-il à réparer ses erreurs ?

I. Introduction, Présentation.

II. Impact de l’homme, sur cette disparition.

III. Conséquences de l’impact de l’homme.

IV. Que fait l’homme pour réparer ses erreurs ?

V. Conclusion.

[pic]
I. Introduction, Présentation :

En 1960, il ya cinquante ans, la mer d’Aral en Asie centrale était considérée comme la quatrième plus grande mer intérieure du monde. Elle était alimentée par deux grands fleuves, l’Amou Daria et le Syr Daria. La mer d’Aral s’étendait sur 66000 Km² et ses eaux fournissaient 40000 tonnes de poissons par an aux pêcheurs locaux. La mer d’Aral était ainsi l’un des plus gros fournisseurs de poisson de l’URSS. Aufil des années, le cours de l’Amou Daria a plusieurs fois dévié entraînant ainsi le rétrécissement de la mer, mais celle-ci retrouvait toujours sa taille lorsque le fleuve revenait à sa place. Cependant dans les années 1960, le niveau de la mer a considérablement baissé, ce qui a provoqué de très graves conséquences. C’est une des catastrophes écologiques majeures de ses cinquante dernières années,ayant pour seul responsable l’être humain. L’Homme parviendra-t-il à réparer ses erreurs ? Nous étudierons tout d’abord l’impact de l’Homme sur cette catastrophe puis nous traiterons les conséquences, avant de nous intéresser à l’action de l’Homme pour réparer ses erreurs ainsi que leurs impacts écologiques.

Nous avons choisi ce sujet parce que nous pensons que c’est un sujet d’actualité quine doit pas être pris à la légère puisque c’est un sujet concernant l’écologie et la vie de tout un peuple qui souffre de la disparition de cette Mer qui était leur source de vie, de travail et de nourriture.
C’est aussi une bonne leçon pour les hommes qui pensent pouvoir tout contrôler et ne se rendent compte de leurs erreurs que lorsqu’il est souvent trop tard…

II. Impact de l’homme sur cettedisparition :

Dans les années 1960, les planificateurs de l’Union soviétique ont attribué à l’Asie centrale le rôle de fournisseur de coton. Pour cela, ils ont détourné les principaux fleuves alimentant la mer d’Aral, le Syr Daria et l’Amou Daria, afin d’irriguer les plantations de coton et de riz situées dans une région désertique, qui s’appelait auparavant la « steppe de la faim ». De 1960 à1990, la zone irriguée est passée de 3.5 à 7.5 millions d’hectares et la région est devenue le 4e producteur mondial de coton.

Plantations de coton :
[pic] [pic]

Le Syr-Daria : L’Amou-Daria :
[pic] [pic]

III. Conséquences de l’impact de l’homme :

Privée de la plus grande partie de son approvisionnement en eau, la mer a commencé à se retirer. La diminution de la superficie de lamer d’Aral s’est opérée très rapidement. En 1963, elle avait une superficie de 66.000 Km². En moins de 30 ans, la mer d’Aral a vu sa superficie se réduire de plus de 60% et son volume de 75% provoquant ainsi la mort de presque tous les organismes vivant dans la mer. Aujourd’hui, elle ne s’étant plus que sur environ 16.000 Km² divisée en deux parties, 13.000km² au Sud et 3.000km² au Nord. Elles’est donc divisée en une petite mer au Nord (Kazakhstan) et une grande au Sud (Ouzbékistan). Les fleuves apportent moins de 10 milliards de kilomètres cubes d’eau à la mer contre 60 autrefois. Les cotes ont reculé de 80km en moyenne. Cette brutale transformation a ruiné l’économie de la région qui vivait principalement de la pèche et a entraîné de graves conséquences sanitaires. La mer pratiquementasséchée laisse à l’air libre ses fonds marins remplis de sel. Lorsque le vent souffle dessus, il emporte ce sel dans les régions habitées et dans les exploitations agricoles, provoquant une forte salinité de l’eau et des aliments. Selon l’UNESCO, le vent transporte chaque année dans un rayon de 300km 200.000 tonnes de sel et de sable.
De plus l’eau de boissons est de plus en plus empoisonnée...
tracking img