Dissert le forgeron zola

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1024 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 février 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Les implants cérébraux sont des implants électroniques constitués d'électrodes ou de grilles d'électrodes, permettant de lire et contrôler des signaux cérébraux. Les électrodes peuvent être placées de façon très précise à l'aide de bras robotisés. Les implants cérébraux sont généralement alimentés par une batterie, qui peut être rechargée à distance par induction électromagnétique. Des systèmesinterfacés avec des ordinateurs sont également appelés « interface neuronale directe » ou en anglais « Brain-Computer Interface ».
L'implantation ne laisse pas forcément de cicatrices visibles car ils peuvent être implantés en passant par la gorge, le nez, ou du côté de l'œil, en utilisant des méthodes similaires à celle du « pic à glace », utilisée pour faire des lobotomies dans les années 1960.L'implantation de certaines régions du cerveau peut nécessiter de laisser une cicatrice dissimulée sous les cheveux ou derrière la tête, au niveau du cou et de l'oreille, ou à d'autres endroits du corps en fonction de l'emplacement de la batterie qui alimente l'implant cérébral.
Les implants sont contrôlables à distance, comme le « stimoceiver » mis au point par José Delgado, et ne nécessitentpas de fortes capacités électroniques de traitement de l'information, de nombreux travaux ayant été réalisés avant l'invention du microprocesseur en 1969.
Un article2 du New York Times en 1970, et un autre3 du Scientific American en 2005, décrivent les travaux de Delgado et de certains autres chercheurs.
Les implants cérébraux permettent de contrôler, entre autres, les fonctions suivantes, d'aprèsles travaux de José Delgado:
Delgado pouvait contrôler des animaux comme des « jouets électriques »2, en pressant différents boutons, il pouvait ainsi faire ouvrir et fermer les yeux à un singe, lui faire tourner la tête, bouger la langue et les lèvres, provoquer un grognement, le faire éternuer, bailler, augmenter ou diminuer fortement la quantité de nourriture consommée, faire tomber ensommeil profond ou maintenir éveillé, modifier le rythme cardiaque, il pouvait également forcer un chat à se lécher y compris durant son sommeil et le forcer à lever une patte2,3. Avec des stimulations dans l'hypothalamus, il pouvait contrôler la dilatation des pupilles « aussi facilement qu'un objectif d'appareil photo » 2,3.
Delgado fit également des expériences sur des humains, et réussit à forcerquelqu'un à plier les doigts, le signal électrique envoyé dans le cerveau étant supérieur à la volonté du patient(cobaye) de garder les doigts tendus2,3.
En stimulant différentes régions du système limbique, il pouvait provoquer de la peur, de la très forte nervosité, de la convoitise, de l'hilarité, du bavardage, et d'autres réactions3. En stimulant la région limbique appelée septum il pouvaitprovoquer de l'euphorie, dans certains cas suffisamment forte pour contrer une dépression ou une douleur physique3. D'après Delgado dans une publication5, la stimulation de différents points de l'amygdale et de l'hippocampe pouvait provoquer des sensations agréables, de l'exaltation, un état de réflexion, de la concentration, des sentiments bizzares, une forte relaxation, des visions colorées, etautres réactions.
Chez un chimpanzé équipé d'un stimoceiver et de 100 électrodes, il parvint en quelques jours à réduire de 99 % la fréquence de signaux cérébraux, de type « spindle » (fuseaux), spontanément émis par l'amygdale, en stimulant la substance grise périaqueducale pour provoquer une réaction d'aversion à chaque fois que le stimoceiver détectait un spindle amygdalien. Durant cetteexpérience, le chimpanzé s'est montré plus calme, moins attentif, moins motivé, et son appétit diminua2,3.
Delgado disait également pouvoir inspirer un mot dans les pensées et provoquer des hallucinations auditives comme l'écoute d'un morceau de musique du début jusqu'à la fin. Il affirma : « Nous sommes seulement au début de notre compréhension de la stimulation électrique du cerveau, mais nous...