Dissert philo par benji

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1120 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
JOUANDOU Marion le: 18/01/10
Tale Surcouf
PHILOSOPHIE
On s'accordera à dire qu'il est le but universel de tout homme, de l'humanité, le bonheur est une notion particulièrement difficile à définir, que ce soit en terme de sens ou bien de quantité. C'est une idée, un concept indéterminé, où malgré le désir de chacun d'être heureux, personne ne peut affirmer, de manière précise, organiséequ'il l'a atteint. Bentham, théoricien anglais de la morale de l'intérêt, définissait le bonheur comme « la plus grande somme de plaisir diminuée de la plus petite somme de douleurs possibles dans une existence complète ». Cependant voir que le bonheur est sur le même plan que le plaisirs, c'est affirmer que ces deux états sont de nature identique, or le bonheur comme le plaisir ou la joie sont desétats très différents en nature. Quoi qu'il en soit, pour n'importe lequel de ces états on peut s'interroger sur la nature, la provenance de ces sentiments à savoir si par exemple le bonheur est un état provoqué par des facteurs extérieurs ou par nous même. Sommes-nous acteurs de notre propre bonheur et le bonheur ne dépend-il que de nous ?
Le bonheur est tout abord une perception, un ressentiintérieur. C'est un ensemble de jugements vis à vis d'une situation, le sujet analyse, interprète des modifications de son environnement pour conclure à un état de bonheur. De cette façon, le bonheur ne dépend que de nous même car chaque individu s'est créé, s'est imaginé sa propre conception de ce bien être intérieur. Deux individus ne réagirons pas de la même manière à des situations identiquescar chaque personne a sa conception du bonheur qui pour l'un est l'acquisition de biens matériel (nouvelles technologies, mobilier, argent...) pour l'autre se sera plus une façon de vivre, l'acquisition de biens immatériel (connaissance, être Hermite...) ; « Le bonheur et le malheur des hommes ne dépend pas moins de leur humeur que de la fortune » (La Rochefoucauld). Par exemple, les Épicurienset les Stoïciens avaient une notion commune pour le bonheur qui est l'ataraxie, soit l'absence de douleurs corporelles et la tranquillité de l'âme. Cette recherche du bonheur était une quête personnelle de la satisfaction de ses désirs tout en sachant s’ils sont nécessaires afin d'éviter toute dérive, à cause des faux plaisirs, vers une recherche infinie d'un bonheur inaccessible.
Comme le ditma grand-mère : « on a la vie qu'on se fait » si l'on écarte toute possibilité, toute idée de destin, de main divine qui conduirait notre vie. Dans ce cas, le bonheur ne peut que résulter d'une démarche personnelle qui consisterait non pas à combler un manque mais plutôt à se dire que l'on a besoin de rien. Cette situation s'appelle le contentement de soi. Analogue du bonheur, elle ne s'obtient nonpas par la jouissance de biens matériels mais à l'affirmation de sa liberté du monde physique et de son autonomie. Il s'agit donc d'une prise de position qui au lieu de chercher à se rendre heureux, objectif inaccessible de recherches insatiables, serait de se rendre digne du bonheur, état omniprésent mais que l'on ne sait décoder : la conscience d'un individu accompli, car pour être heureux ilsuffit de se dire heureux, de se vouloir heureux. Mais encore faut-il avoir la patience de construire cet idéal avec la conviction que c'est notre effort pour être heureux qui nous permet de le devenir. « Une hirondelle ne fait pas le printemps, non plus qu'une journée de soleil ; de même ce n'est ni un seul jour ni un court intervalle de temps qui font la félicité et le bonheur » dit Aristote.Cependant l'individu n'existe pas uniquement en tant que tel mais bien souvent en tant que membre d'une société où il est confronté aux autres. De cette manière l'individu ne se regarde plus en tant que tel mais se situe au sein de la société, il analyse et juge sa position vis à vis des individus qu'il côtoie. Cette situation est d'autant plus vraie que la ou les sociétés actuelles sont à un...
tracking img