Dissert théâtre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1838 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le théâtre est fait pour être joué, donc vu plutôt que lu. L'auteur écrit une pièce, en organise l'action, de l'exposition au dénouement, choisit ses personnages ; leur psychologie, leurs préoccupations se révèlent à travers le dialogue. Le dramaturge prévoit aussi quelques indications scéniques à propos du cadre, des costumes, parfois à propos des personnages, de leurs attitudes. Ensuite unmetteur en scène inspiré par le texte, transforme celui-ci en spectacle, et chaque texte de théâtre a pu faire l'objet de nombreuses mises en scène successives.
Cependant, à quoi tiennent l’intérêt et le plaisir que peut éprouver un spectateur au théâtre ?
Premièrement nous verrons que la représentation apporte immédiatement un plaisir d’ordre sensuel et émotif, dans une deuxième partie, qu’elleoffre également un plaisir et un intérêt d’ordre intellectuel. Pour terminer, nous dirons que le théâtre présente un intérêt social.
Voyons premièrement en quoi la représentation théâtrale apporte immédiatement un plaisir d’ordre sensuel et émotif
Tout d’abord, la représentation théâtrale est un spectacle à voir et à entendre. Le théâtre se définit comme un texte à voir. En effet, « théâtre » vientdu latin theatrum (« théâtre », « lieu où se déroule une action banale »), venu du grec ancien θέατρον, theatron, de même sens. Aussi le texte de théâtre est constitué du discours des personnages et des didascalies ; les uns et les autres sont conçus pour faciliter au lecteur la compréhension des personnages, guider les acteurs et suggérer une mise en scène : d’où la représentation est déjàinscrite dans le texte. Mais nous pouvons aussi citer que les auteurs pensent leurs pièces en fonction d’acteurs précis, en fonction du lieu où ma représentation aura lieu. Par exemple, nous pouvons donner cette citation célèbre de Molière (1622-1673) : «Les comédies ne sont faites que pour être jouées". Et nous pouvons aller plus loin à travers la citations de Francis Huster : « Un texte de théâtreest à voir. Un texte de théâtre est à écouter. Est-ce qu'un texte de théâtre est à lire ? », prouvant bien l’objectif principal du théâtre.
Ensuite, l’incarnation et la mise en scène du texte théâtral suscitent diverses émotions, comme le rire, la compassion, ou l’effroi ; et peuvent exercer un salutaire effet cathartique. Le théâtre peut avoir un effet cathartique, servant d'exutoire aux passionsqui ne sont pas autorisées par la société. Aussi le théâtre exerce une sorte d’enchantement sur le public ; il en fut ainsi à toutes les époques et dans tous les pays. Si pauvre que soient la mise en scène et le jeu des acteurs, l’assistance se laisse toujours attirer par l’histoire qui se déroule sous ses yeux. Elle la vit personnellement, l’enrichit de son imagination, et la complète. Comme l’adit Jean Anouilh, dans son livre Antigone : « C’est propre, la tragédie, c’est reposant… » Quand un acteur récite un monologue, les questions qu’il se pose s’adressent aussi, en un certain sens, à tous les auditeurs. Ces derniers y répondent dans leur for intérieur, ils vivent les problèmes du héros, comme s’ils leur étaient propres, et participent en esprit à l’action. Tous les épisodes de lapièce, qu’ils soient tristes ou heureux, pourraient concerner le spectateur ; celui-ci les vit au moment même où l’acteur les représente sous ses yeux. Mais aussi, par exemple dans une réplique, une pause peut (selon qu’elle est brève ou prolongée) accentuer ou atténuer une situation ; mieux que des flots de paroles, un silence suscite parfois chez le spectateur le « suspense », l’attente recherchéepar l’auteur. Ainsi, dans le Cid, de Pierre corneille, Don Diègue apprend à son fils Rodrigue l’offense qui lui a été faite et lui demande de venger son honneur en provoquant ou en tuant l’offenseur. Or celui-ci n’est autre que le père de Chimène, fiancée de Rodrigue. Au moment de révéler ce nom, Don Diègue éprouve une ultime hésitation, qui redouble l’angoisse de Rodrigue et du spectateur :...