Dissert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2138 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1 Quelle est la thèse principale du texte et le fil directeur de l'argumentation de l'auteur ?

2 Quel est le seul avantage reconnu par Freud au fondement religieux des lois sociales ? Quels inconvénients le contrebalancent ?

3 Inversement, quels avantages Freud voit-il à reconnaître l'origine humaine des prescriptions morales et sociales ?

4 Trouvez des exemples de grands principes devie universellement valables. Quelle en est la finalité ?

5 Trouvez aussi des exemples d'interdictions ou d'obligations moins fondamentales, variables selon les époques et les pays, et montrez-en les imperfections. À quelle finalité non avouée obéissent-elles souvent ?

Identifier les enjeux philosophiques

6 Une société sans lois est-elle possible ? Pour autant, l'utilité socialeest-elle le seul fondement rationnel des lois ? Distinguez les points de vue moral et politique.

7 Quels dangers, non évoqués dans le texte, peut-il y avoir à fonder la politique sur la religion ? Appuyez votre réponse sur des exemples historiques.

8 Pourquoi un régime démocratique ne peut-il fonder sa Constitution et ses lois sur la volonté divine, ni admettre une religion d'État ?Introduction :
Cet extrait de l’Avenir d’une illusion de Freud traite du rapport entre la religion et les prescriptions humaines, notamment de l’interdit du meurtre et de l’immixtion de la référence à Dieu pour expliquer le contenu et le fondement des règlements humains. Ainsi on peut y voir une remise en cause de la valeur de la religion mais pas nécessairement ici une critique virulente puisque lebut même du texte qui est de montrer la nécessité d’un rapport et d’un fondement strictement humain et social des mesures de sauvegarde de la communauté civile et aussi utile à redéfinir le champ de la religion ou plus exactement de lui permettre de raviver quelque peu sa valeur. La religion n’en reste pas moins cette illusion dont il s’agit justement d’étudier l’avenir. Le texte que nous avonspeut se lire en trois moments : la non pertinence de la transcendance (1ère partie : du début du texte à « mais nous avons du même coup évité de le mettre en danger »), le gain de son fondement social (2nd partie : de « Mais nous gagnons aussi autre chose » à « mais aussi parce qu'ils arborent par ailleurs tous les signes de la déficience humaine ») ; enfin, l’éviction de Dieu de tout rapportinfra-culturel (3ème partie : de « il y aurait un indubitable avantage à laisser Dieu tout à fait hors du jeu » à la fin du texte). C’est suivant ces trois moments logiques que nous entendons rendre compte du texte.
I – L’appel à la transcendance
a) La question de l’interdit du meurtre permet à Freud de mettre en exergue le rôle de la religion dans la définition que nous en avons culturellement.Ainsi le meurtre est-il interdit par Dieu notamment depuis qu’il en a fixé l’interdiction dans les tables de la loi comme on le retrouve dans l’_Ancien Testament _dans le Décalogue. L’interdit du meurtre ne tire donc pas sa nécessité de l’ordre culturel, c’est-à-dire de la nécessité de vivre ensemble et donc de la volonté du législateur mais d’une norme transcendante, Dieu, ce qui confère alors aumeurtre un aspect de sacrilège et de crime absolu. Pourtant, on pourrait très bien comprendre sur un fondement rationnel que le meurtre soit interdit non seulement parce qu’il nuit à la vie en commun mais aussi parce qu’il est capable d’entrer la vengeance et la vendetta, c’est-à-dire de détruire à terme la société. Néanmoins, ne pas faire référence à cette simple solution humaine permet degarantir l’immutabilité de l’interdit et de ne pas le soumettre à la contingence des aléas de la volonté humaine. L’aspect sacré permet ainsi d’établir in fine un contrôle des consciences et de les diriger dans un certain sens.
b) Néanmoins, cette référence à la norme transcendante et supérieure de Dieu comme garant de la vie et d’une loi qui aurait sa justification dans l’ordre civil fait perdre...
tracking img