Dissert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (407 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678

Publié en 1678, anonymement, le roman se déroule en 1558-1559 à la cour d’Henri II. Venue de province avec sa mère, l’héroïne, Mlle de Chartres,en âge de se marier, doit être présentée officiellement à la Cour. Mais une rencontre va modifier le cours de sa vie…

|1. | Le lendemain qu’elle fut arrivée, elle alla pour assortir despierreries chez un Italien qui en trafiquait[1] par tout |
| |le monde. Cet homme était venu de Florence avec la Reine, et s’était tellement enrichi dans son trafic que sa maison || |paraissait plutôt celle d’un grand seigneur que d’un marchand. Comme elle y était, le prince de Clèves y arriva. Il fut |
| |tellement surpris de sa beauté qu’il ne peutcacher sa surprise ; et Mlle de Chartres ne put s’empêcher de rougir en voyant |
|5. |l’étonnement qu’elle lui avait donné. Elle se remit néanmoins, sans témoigner d’autre attention aux actionsde ce prince que |
| |celle que la civilité lui devait donner pour un homme tel qu’il paraissait. M de Clèves la regardait avec admiration, et il ne|
| |pouvait comprendre quiétait cette belle personne qu’il ne connaissait point. Il voyait bien, par son air et par tout ce qui |
| |était à sa suite, qu’elle devait être d’une grande qualité. Sa jeunesse lui faisaitcroire que c’était une fille[2], mais, ne |
| |lui voyant point de mère, et l’Italien, qui ne la connaissait pas, l’appelant « Madame », il ne savait que penser, et il la |
|10.|regardait toujours avec étonnement. Il s’aperçut que ses regards l’embarrassaient, contre l’ordinaire des jeunes personnes qui|
| |voient toujours avec plaisir l’effet de leur beauté ; il lui parutmême qu’il était cause qu’elle avait de l’impatience de |
| |s’en aller, et en effet elle sortit assez promptement. M de Clèves se consola de la perdre de vue dans l’espérance de savoir...
tracking img