Dissert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1509 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique n°1 : L’incipit , début à « Jean et Bérenger se sont assis » p.15

Questions préparatoires :
Qu'appelle-t-on au théâtre l'exposition ?
Quelles fonctions remplit traditionnel­lement la première scène ou l'ouverture d'une pièce de théâtre?
L'ouverture de Rhinocéros vous semble-t-elle remplir les fonctions traditionnelles d'une exposition ? Dans quelle mesure ?A quoi tient l'originalité de l'écriture scénique de Ionesco en ce début de pièce ?

IntroductionÀ l'ouverture de la pièce, le lecteur peut être frappé par l'abondance et la précision des indications scéniques, et notamment par la longue didascalie initiale, titrée « Décor ». L'examen analytique du texte révélera effectivement l'importance des élé­ments non verbaux de ce début de pièce. Parailleurs, on s'interrogera sur l'éventuelle fonc­tion d'exposition de ce passage.

1. Le cadre spatiotemporel

Traditionnellement, une exposition théâ­trale fournit au lecteur, comme au spectateur, des indications relatives au cadre spatiotempo­rel de l'action. En ce sens, l'ouverture de Rhi­nocéros reste en partie classique, si on la com­pare à d'autres pièces du théâtre des années 1950-1960, quiancrent volontiers l'action dans un temps et un lieu indéterminés.
a) Le cadre spatial

Dès la première phrase de la didascalie initiale, le lieu est posé Une place dans une petite ville de province ». Série d'éléments visuels ensuite proposée avec une extrême précision : épicerie l.8 , clocher situé au second plan l.10, café ( l.13 ) et terrasse ( l.14 )
Identification des éléments dudécor possible pour le spectateur par l'utilisation d'une ins­cription « épicerie »l.6 ou encore par la pré­sence d'objets : « tables et chaises »l.16 à la terrasse du café.
Espace scénique proposé relève d'un univers banal et quotidien, qui ne renvoie à aucune ville précise et qui reste donc sur ce point assez vague et général. Entrée en scène des personnages qui renforce encore le caractèrefamilier de cet univers : une femme qui fait ses courses l.22, une épicièrel.25, deux amis qui ont rendez-vous au cafél.43.
Espace ouvert, puisque Ionesco prend soin de lui donner une profondeur avec la présence du clocher « dans le lointain » l.11 et « la perspective d'une petite rue »l.12. Cette situation contraste d’ailleurs avec celle de l'acte III, où Bérenger se trouve comme « enfermé »dans sa chambre, lieu clos cerné de toutes parts par les rhinocéros.
Présence assez mysté­rieuse d'un « arbre poussiéreux » l.16, élément incongru qui semble perturber l'apparente harmonie de l'ensemble. Hypothèse que cet arbre poussiéreux fonc­tionne comme indice de la présence latente de la rhinocérite en rappelant que la pous­sière envahira le plateau après le premier passage durhinocéros.

b) Le cadre temporel

Didascalie initiale qui fournit au lecteur de précieuses indications : « C'est un dimanche, pas loin de midi, en été »l.18.
Avant même le lever du rideau, « on entend carillonner »l.20 . Cet élément sonore ancre la pièce en un instant précis, mais fonction plus symbolique : d'une part, il se substitue solennellement aux trois coups traditionnels du théâtred'autre part il attire l'attention du lec­teur et du spectateur sur la bande-son ; enfin on peut comprendre ce carillon comme une sorte de signal qui marque l'émer­gence d'un événement.
Si aucune époque n'est réellement préci­sée, indices d'une certaine contempora­néité nombreux : épicerie, café, langage courant et actuel des personnages, costumes, montre-bracelet. Le spectateur de 1960 se trouvedonc face à un monde qui ressemble au sien ou qui lui est très proche. Si l'on peut considérer la rhinocérite comme représenta­tion de la contagion du nazisme, on remar­quera que la pièce évite cependant l'ancrage historique et invite par là-même à donner à la rhinocérite une portée plus large.

2. Le système des personnages
a)Leur entrée en scène

La scène s'ouvre sur le passage...
tracking img