Dissert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1073 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
RN de Smith, Alter Eco, art.
Considéré comme le fondateur de l'économie moderne, Smith inaugure dans les Recherches sur la nature... une critique des mercantilistes et des physiocrates en montrant comment des individus qui recherchent l'enrichissement illimité peuvent, grâce à la concurrence du marché, contribuer à l'amélioration de la condition de tous par l'accumulation du capital, facteur dela richesse des nations.

Commentaire critique 

Avec La théorie des sentiments moraux (1759), la philosophie morale de Smith avait abouti à une impasse: il n'était pas parvenu à expliquer de manière satisfaisante comment "les vices privés font le bien public". Il reprend cette idée dans Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), en s'appuyant cette fois surl'économie politique. Il reprend notamment la logique de la fable des abeilles de Bernard de Mandeville (1704): leur société prospère, fondée sur nombre d'injustices, se met à décliner quand un Dieu leur ouvre les yeux sur leur malhonnêteté. Ainsi, le désir d'enrichissement illimité, passion jugée destructrice pour la société par le philosophe anglais David Hume, peut être au contraire la cause duprogrès économique. C'est en recherchant "les causes qui ont perfectionné les facultés productives du travail et l'ordre suivant lequel les produits se distribuent dans les différentes classes du peuple" qu'il parvient à le démontrer.
Smith fait dépendre l'abondance ou l'insuffisance de richesse de deux facteurs. Le premier est "la proportion de travailleurs occupés à un travail utile" (production demarchandises). Pour Smith, le travail utile comprend en effet non seulement l'agriculture, mais aussi la production manufacturière. En cela, il est en rupture avec la doctrine physiocratique selon laquelle l'agriculture est la seule source de richesse. En revanche, son raisonnement revient à rejeter les services dans le travail improductif, ce en quoi il a été critiqué par Jean-Baptiste Say.Second facteur, l'abondance ou l'insuffisance de richesse dépend aussi du "pouvoir productif du travail" (productivité moyenne du travail). Smith montre au travers du fameux exemple de la manufacture d'épingles, tiré de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, en quoi la productivité du travail s'accroît avec la division du travail. Par la description des différentes opérations effectuées par demultiples ouvriers pour la fabrication d'une épingle, il illustre que la spécialisation, en augmentant l'habileté de l'ouvrier (ce qui est appelé aujourd'hui "effet d'apprentissage"), en réduisant les temps morts et en étant à l'origine de l'invention de machines abrégeant le travail, stimule la productivité. En raison d'un "penchant naturel des hommes à trafiquer" (donc à échanger), la division dutravail se développe au sein de la société, de l'économie (par la spécialisation des entreprises), à l'intérieur des sciences et aussi entre les nations. Mais elle est limitée par la taille du marché (même si celle-ci peut croître grâce aux transports) et par la dispersion spatiale de certaines activités (comme l'agriculture).
L'accumulation du capital, facteur de croissance, est un préalable à ladivision du travail, qui favorise à son tour la hausse des revenus et donc l'épargne. Cette accumulation concerne le capital fixe (machines, bâtiments...) et le capital circulant (nécessaire pour un cycle de production: matières premières et avances en salaires faites par les capitalistes). La croissance contribue à l'amélioration du sort des travailleurs, puisque leur salaire s'élève au-dessus duminimum de subsistance. Cependant, en l'absence de division du travail accrue, de progrès technique et de nouveaux marchés, la baisse tendancielle du profit freine l'accumulation du capital, conduisant à l'état stationnaire. Le salaire est ramené alors vers le minimum de subsistance. Cette analyse met en évidence l'aspect cumulatif de la croissance dont on trouve aujourd'hui des échos dans les...
tracking img