Dissert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1103 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
POESIES DIVERSES (NERVAL)

Texte:

Epitaphe

Il a vécu tantôt gai comme un sansonnet,
Tour à tour amoureux insoucieux et tendre,
Tantôt sombre et rêveur comme un triste Clitandre,
Un jour il entendit qu'à sa porte on sonnait.
 
C'était la Mort ! Alors il la pria d'attendre
Qu'il eût posé le point à son dernier sonnet ;
Et puis sans s'émouvoir, il s'en alla s'étendre
Aufond du coffre froid où son corps frissonnait.
 
Il était paresseux, à ce que dit l'histoire,
Il laissait trop sécher l'encre dans l'écritoire.
Il voulait tout savoir mais il n'a rien connu.
 
Et quand vint le moment où, las de cette vie,
Un soir d'hiver, enfin l'âme lui fut ravie,
Il s'en alla disant : « Pourquoi suis-je venu ? »

Commentaire:
Ce poème de Gérard DE NERVAL est unsonnet. Le titre « Epitaphe », étymologiquement « qui se célèbre sur un tombeau » fait référence à l’inscription funèbre placée sur une pierre tombale.
Ce texte met en évidence la rencontre d’un homme avec sa propre mort et nous invite alors à nous demander: quels sont les différents visages de l’homme face à la mort?
Notre cheminement s’articule autour de trois étapes relatives à cetteultime rencontre: la mort tue l’homme et son corps, la mort rattrape l’écrivain et son ' uvre, et l’acteur et son âme face à la Mort.

Pour l’auteur, la mort est d’abord appréhendée comme un vandale qui tuerait l’homme en abîmant son corps.
On découvre les états d’âme de l’homme traduits par l’antithèse de termes mélioratifs et péjoratifs avec « triste » / « gai » ou encore« insoucieux » / « sombre », et par des répétitions: « tantôt », « tantôt », « tour à tour ». Le personnage évolue, fluctue sans cesse et nage dans une forme d’inconstance qu’il espère passagère. On peut donc affirmer qu’il cherche un moyen d’atteindre le bien-être, le contentement avant sa mort. Aussi, observe-t-on une accumulation d’adjectifs comme « amoureux », « tendre », « rêveur » et des allitérations en« t » et en « r »: « tour à tour », « tantôt, sombre et rêveur » qui suggèrent le trouble et la tristesse chez l’homme.
De plus, l’homme apparaît anonyme avec le pronom personnel « il » et la mort impersonnelle avec le pronom impersonnel « on ». La notion de temps est également introduite par plusieurs indicateurs temporels tels que « un jour », « tantôt », « puis », « alors », « le moment où »,« un soir d’hiver ». L’existence du personnage semble fondée sur le rythme. Elle constitue une sorte d’acheminement cadencé vers la mort.
Ainsi, il convient de dire que l’homme est versatile face à la mort. Il subit amèrement les états d’âme de la vie, et plonge dans un océan de tourments. L’homme affiche d’abord le visage du déséquilibre.

L’auteur conçoit ensuite la mort tel uncenseur littéraire qui suspendrait le travail de l’écrivain.
Le sonnet est marotique car il est composé de deux quatrains en rimes embrassées et de deux tercets avec une rime plate et une rime embrassée. Le travail d’écriture est révélé par des alexandrins en rimes riches comme « tendre / Clitandre / attendre / étendre ». Nous pouvons également souligner le champ lexical de l’écriture:« sonnet », « encre », « écritoire ».
Puis l‘auteur manifeste sa volonté d‘immortalité. On remarque le champ lexical de la Mort avec « dernier », « mort », « coffre froid », « posthume », « épitaphe », « a vécu ». Le personnage a pleinement conscience de son déclin progressif. Il n’appréhende pas la mort, il veut juste subsister dans la mémoire collective. Le rythme binaire : « tout savoir » / « rienconnu », et l’opposition entre « paresseux » et « trop » rebondissent sur ce vif désir de l’écrivain.
Par conséquent, l’homme est aussi convoiteux face à la mort. Il espère occuper les consciences à perpétuité grâce à son ''uvre, l’histoire de sa vie. L’homme affiche deuxièmement le visage de la survivance.

Enfin, l’auteur oppose la mort avec l’âme de l’acteur.
Il nous...
tracking img