Dissert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (313 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Selon Nietzshe, « La moralité n’est rien d’autre que l’obéissance aux mœurs quelles qu’elles soient. » (Aurore). La Morale vient donc des mœurs elles-mêmes. « Avoir bonneconscience » serait alors la justification d’une obéissance des mœurs d’une société. Et pourtant un individu qui commet un crime justifie parfois son acte en « se donnant bonneconscience » alors qu’il rompt avec la morale de sa société.
Avoir bonne conscience, est-ce un signe suffisant de moralité? On dit « Avoir bonne conscience » lorsque l’onn’a rien à se reprocher. Mais qu’est-ce que la conscience? La conscience est d’abord psychologique, c’est l’intuition que l’esprit a de ses états, de ses actes. C’est untémoin qui révèle ce qui est. La conscience est aussi morale, c’est un juge qui prescrit ce qui doit être. On insiste aussi sur le fait d’être un signe suffisant ou non.C'est-à-dire la nécessité, ce qui ne peut être autre, de ce que le signe représente ou remplace, naturellement ou par convention. Tandis que la morale est l’ensemble de règles deconduite et de valeurs au sein d’une société ou d’un groupe. On parle alors de valeurs morales
La bonne conscience n’est relative qu’a moi-même alors que la moralité estrelative à une communauté ou un groupe de personnes. De cette contradiction, comment le fait d’ « avoir bonne conscience » nous garantit-il de respecter une moralité si elle n’estrelative qu’a moi-même? Une bonne conscience est-elle synonyme d’une bonne morale?
Nous verrons, dans un premier temps, qu’il existe deux bonnes consciences distinctes,puis, dans un second temps, la satisfaction d’une valeur morale respecté et enfin, dans un dernier temps, La genèse d’un sentiment morale, conséquence d’une bonne morale.
tracking img