Dissertaion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2164 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Un écrit social a un auteur, un destinataire et une fonction. La lecture est une prise d’indices : Indices culturels Indices pragmatiques (qui viennent de l’expérience sur le fonctionnement de l’écrit) Indices iconiques (illustrations) Indices sémantiques (du sens) Indices syntaxiques Indices typographiques (ponctuation, paragraphe) Indicesorthographiques Déchiffrer : lire syllabe par syllabe. Test de closure : texte à trous pour faire des hypothèses. Une inférence est une déduction. Oralisation = subvocalisation. La méthode syllabique ou synthétique 1 lettre par semaine combinaison de syllabes fabrication de mots apprentissage de la lecture On trouve des syllabes artificielles et uneliste de mots contenant le son du jour où chaque syllabe est détachée Y combinatoire qui n’attache pas d’importance au sens, on travaille sur le code. Daniel et Valérie : illustrations puis phrase prétexte, pas de majuscules, liste de mots. Il faut partir du vécu de l’enfant, aller du connu vers l’inconnu. Méthode mixte (1970) 10% de globale, 90% de syllabique point de départ global et trèsvite on revient à un apprentissage syllabique (_lecture__ en fête, Gafi le fantôme_). Méthode de Sablier (syllabique de 1975) On part de l’oral, des phonèmes Il y a 36 phonèmes en français Y 1 phonème par semaine La méthode Sablier est une méthode à départ phonétique Méthode globale Le point de départ est l’affectif On voit d’abord une globalité, puis les détails Méthode idéovisuelle(Charmeux, Foucambert) On part d’une image pour une prise d’indices. On part du sens puis on oblige les enfants à faire des hypothèses. On considère qu’un apprenti lecteur doit être placé dans les mêmes conditions que des lecteurs confirmés. (_Paginaire__, objectif lire_ Apprentissage de la lecture prise de conscience lexique (sur l’acte de lecture) prise de conscience phonémiqueprise de conscience sémiologique (fonctionnement du code écrit et oral) prise de conscience communicationnelle (passer de l’implicite à l’explicite) prise de conscience lexicale référent : objet signifiant : dimension écrite ou orale du référent signifié : idée qu’on a du référent (les enfants confondent signifié et signifiant) prise de consciencesyntaxique (notion de phrase) II) Phase d’apprentissage (cycle II) III) Phase d’automatisation de la lecture (cycle III) création d’automatismes IV) Phase d’extension (reste de la vie) Analyse d’exercices de lecture lecture-plaisir Y préserver, stimuler le désir de lire situation de lecture fonctionnelle Y préserver la conscience du sens de la lecture, réinvestir des savoir-faire.Lecture découverte Y développer un comportement de lecteur : prise d’indices, hypothèses, vérification. Travail sur le code Y découvrir le fonctionnement de la langue : grammatical, orthographique, grapho-phonique, textuel. Lecture communication Y oraliser un texte pour faire partager une expérience Production d’écrits Y capacité à gérer toutes les contraintes dutexte Graphisme Y entraîner l’autonomie et l’efficacité du geste scripteur Caractéristiques du support : présentation matérielle avec le rôle des illustrations, de la typographie et de la mise en page. Etude du texte sous l’angle des caractéristiques linguistiques ( dialogue, répétitions, phrases simples, vocabulaire courant) Etude du contenu sémantique(l’histoire) Difficultés de lecture d’un texte : surcharge cognitive (saturation quand on a à gérer mentalement en simultanéité une multiplicité d’opérations) les inférences Les 3 grandes familles de méthodes de lecture 1-Le lecteur utilise une mise en œuvre qui lui est propre pour apprendre à lire, ou pour lire. Il a ses propres structures mentales. 2-Le contexte est ce qui rend la...
tracking img