Dissertatioin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1549 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Moi qui n'ai pas connu les hommes
Harpman, Jacqueline

Un livre intéressant que j'ai lu d'une traite (environ 200 pages). Bien que la fin soit dérangeante par son peu de « finalité » explicative, mais qui à mon sens donne du crédit au livre, j'en garde un goût de trop peu. Je m'attache ici à la facette scénaristique et à ses cohérences (et incohérences) : il semble évident quepersonne ne peut décemment inspecter toutes les pistes de toutes ces énigmes, mais ces femmes disposent de plus de 40 ans, et pas une fois elles ne se demandent où vont les rivières, et où sont leur source? Aucune expédition (pas de radeau) pour constater que peut-être il n'y a pas de mers, et que ce ne sont que des canaux... Pourquoi pas? Mais cela répondrait au moins à une question : elles ne sontpas sur terre. Bref, c'est l'une des quelques interrogations qui m'ont laissé sur un avis sympathique mais pas enthousiaste.
J'apprécie le fait que le récit soit plus symbolique et surréaliste que pratique, mais je l'aurais apprécié encore plus si ces possibilités avaient été balayées d'une manière habile.
Pierre (première critique)
Genre : Fiction

Date : 9/1/2006 ajoutezvotre critique

Moi qui n'ai pas connu les hommes
Harpman, Jacqueline

Une thématique très ancienne abreuve ces pages : l'enfermement dans une cave de quarante femmes « qui vivaient sans savoir ce que leur vie signifiait » évoque les prisonniers de la caverne de Platon, exclus à jamais des lumières de la vérité; quel vol ont-elles commis pour être ainsi punies; pour quel crimeprométhéen les êtres humains subissent-ils cet enfermement? La communauté exclusivement féminine rappelle bien entendu les Amazones, même si, dans ce cas, au moins au début, on a plutôt l'impression de femmes dominées, emprisonnées par les hommes, exclues par eux plutôt que l'inverse.
Le point d'arrivée de la « petite » aurait des allures d'Eldorado (le salon confortable, les riches nourritures,les livres variés). Extrapolations, peut-être, que certaines de ces références. Mais d'autres modèles, plus contemporains, sautent aux yeux, comme Huis clos (l'enfermement, l'incompréhension, la lumière perpétuelle, les gardiens aussi prisonniers que les détenus) ou En attendant Godot : « Nous ne pouvons pas nous suicider, mais nous mourrons quand même. Il suffit d'attendre. » (Harpman place enépigraphe d'une autre oeuvre la belle phrase de Beckett : « Elles accouchent à cheval sur une tombe, le jour brille un instant, puis c'est la nuit à nouveau. ») Jusqu'aux prénoms des deux principales compagnes, Théa et Dorothée, dont chacun comporte en son sein la racine « thée » (« dieu » en grec), comme le nom de Godot contient la racine « God » (« dieu » en anglais).
Des exemples? « Et nousavions des fous rires. Je riais aussi. » Pourquoi avoir banni de la narration l'humour, source du rire? Parce que rire est le propre de l'homme, et que ce monde est déshumanisé? Mêmes constatations pour la tristesse ou l'émotion : la mort omniprésente, le deuil des amies, les chants de soprano de Rosette, tout cela pourrait donner lieu à la compassion du lecteur : « Le ton était si lent, triste etprofond que l'abomination se changea en douleur, et je sentis mon coeur se serrer ». Grâce à quoi?
Grâce au style, bien sûr, et cela m'amène à dire pourquoi je regrette de le considérer, en général, comme plutôt lourd. Tout d'abord, la complexité grammaticale de certaines phrases me paraît nuire à la fluidité du récit : « Quand Dorothée se réveilla et trouva la force de relater notre conversation,elle ne révéla pas que je lui avais dit qu'elle était sotte, mais, si attentive qu'elle fût à ne pas ternir son prestige, elle ne savait rien de mon secret et ne put le dissimuler. » L'ensemble est plutôt travaillé, impression produite notamment par l'emploi du passé simple et surtout du subjonctif imparfait.
La fin à mon sens est belle, un peu frustrante pour les amateurs d'aboutissements,...
tracking img