Dissertation camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (957 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation

Sujet 1 :

« Il y a dans les hommes plus de choses à admirer qu’à mépriser. »
Albert Camus

« Il y a dans les hommes plus de choses à admirerqu’à mépriser. ». Albert Camus, par cette citation tirée de « La peste » affirme que l’homme mérite l’estime plutôt que le dédain. En effet, l’intégralité de son œuvre repose sur cette phrase. L’homme,venu de la nature et naturellement bon, possèderait-il un côté malin dans son for intérieur ? Nous allons donc, dans le texte suivant, discuter cette citation en nous basant sur des exemplesconcrets. La première partie sera dès lors consacrée à l’homme méprisable tandis que la deuxième traitera quant à elle de l’homme admirable.

Dans toute situation, l’homme de part son instinctnaturel cherche son plaisir. Auparavant, nos ancêtres se complaisaient dans leur spiritualité et y trouvaient un bien-être suffisant. Pourtant, de nos jours, la spiritualité n’est plus la seule qualité nousmenant au bien-être. En effet, depuis longtemps l’être humain cherche à maximiser son propre plaisir dans les biens matériels jusqu’à en devenir avare. Ce côté méprisable de l’homme est ancré dansson moi le plus profond. Qui parmi nous oserait nier qu’il cherche son propre bonheur avant de penser à celui d’autrui ?
Un des exemples actuels est sans doute les différences de richesses entreles pays. Pendant que les états industrialisés consomment plus de septante pour cent de l’énergie mondiale produite, les régions défavorisées telles que l’Afrique ou encore l’Amérique du Sud croulentsous le poids de la pauvreté et de la misère. Alors que nous, européens et américains, nous nous permettons loisirs et superflus, des milliers de personnes meurent chaque jour de malnutrition.N’est-ce pas là un profond paradoxe dans lequel l’homme s’est égaré ? d’autant plus que cela n’est qu’une facette de la méprise humaine… Revenons maintenant quelque soixante ans plus tôt, dans une...
tracking img