Dissertation communication

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1478 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Au cours de nos deux années d’enseignement en DUT génie civil d’Amiens, nous avons appris à communiquer entre nous et avec les autres (les professionnels par exemple). Notre projet de fin d’études nous permet de clôturer nos deux ans de formation en mettant en œuvre toutes les matières enseignées. La communication a été utilisée dans tous les domaines et nous a permis de mieux travailler enéquipe et de mieux nous comprendre. Maintenant nous allons vous présenter le déroulement de notre projet en abordant différentes parties.

Dans un premier temps, nous allons parler de la constitution de notre groupe. Cela n’a pas toujours été facile pour certains mais en ce qui nous concerne, nous avons très vite effectué notre choix. Mathieu, Adrien et moi-même, avions fait connaissance dès notrearrivée en première année de DUT. Nous étions dans des classes différentes mais avions travaillé régulièrement ensemble, nous sommes un groupe qui s’entend bien et nous avons décidé de nous mettre ensemble pour le projet. Nous formons une synergie de groupe, que se soit à l’IUT ou à l’extérieur. Nous sommes tous trois différents, nous avons des cultures différentes et nous apprenons beaucoup lesuns des autres (notion de personnalités différentes). Cet ensemble de choses a fait que la constitution de notre groupe s’est faite naturellement.

Pour rester dans cette notion, nous allons détailler notre fonctionnement. En ce qui nous concerne, il n’y a pas de leader en particulier, personne ne cherche à diriger le groupe car nous avons tous trois un objectif commun, celuid’obtenir notre diplôme. Nous dirons qu’il y a un roulement de leader, chacun a un moment ou un autre va entrainer un peu plus le groupe selon ses connaissances sur le sujet. Il faut toujours un leader dans un groupe pour permettre son avancement, mais dans le notre nous avançons à trois et nous sommes tous trois responsables.

Dans un groupe il peut y avoir un mauvais fonctionnement qui engendre desconflits. Il n’y en a jamais eu dans le notre. Certes, de temps à autre, nous avions des avis différents, mais nous en tirions toujours profit. Lorsque quelque chose ne fonctionnait pas bien, nous amenions les solutions par le dialogue et par le questionnement (pourquoi fais-tu comme ça ? explique- moi comment, dis- moi ce que tu en penses, analyse…).

Pour mener à bien notre projet, nous noussommes imposés des horaires (de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h). Nous avions décidé d’arriver plutôt à 9h et de rester jusque 18h30 voir parfois 19h00. L’ensemble de l’équipe a été très ponctuelle, pas ou très peu de retard sur les quatre semaines. Aucune absence, sauf Mathieu pour un entretien le dernier vendredi du projet. La ponctualité est très importante car le matin, nous nous répartissions letravail et il ne fallait pas que l’un d’entre nous arrive avec du retard.

Cela nous amène à la notion de briefing et débriefing. C’est une notion à ne pas négliger car elle conditionne beaucoup de choses dans le projet, tout ou quasiment tout, découle de cette notion. Cela permet d’anticiper les imprévus, de donner les objectifs à atteindre en fin de semaine, de gérer le temps (il est trèsprécieux), d’éviter de refaire les mêmes erreurs, d’avoir un esprit critique et avoir un certain recul sur notre travail tout en étant objectif. Nous effectuons un gros débriefing le vendredi de chaque semaine à trois, puis avec l’un des professeurs. Le lundi, nous effectuons un gros briefing qui conditionne la semaine de travail. Pour terminer, nous effectuons chaque jour un briefing pour connaitrel’avancement de chacun dans les tâches et ainsi pouvoir planifier la suite du projet. Cela nous permis de réajuster le planning que nous avions mis en place en tout début de projet.

Comme nous l’évoquions dans le paragraphe précédent, nous avons planifié notre projet en fonction du travail demandé et des dates butoirs. Ce fût une tâche difficile, car nous n’avions pas réellement la notion de...
tracking img