Dissertation cour de cassation 15 avril 1872

Pages: 4 (869 mots) Publié le: 2 décembre 2010
L’usine de la société veuve Foucault-Coulombe offre une prime à ses salariés méritant. Il est stipulé dans l’avis de prime que cette dernière « demeurera facultative ». Pringault, salarié de lasociété a rempli les conditions de la prime, l’ayant déjà touché précédemment, il s’insurge, devant le refus de la société de lui verser. Il réclame, ici, le paiement de la prime promise. La cour d’appelordonne le paiement de celle ci. Mais la cour de cassation casse l’arrêt pour violation de l’article 1134 du code civil. Pour la cour de cassation les juges du fond ont dénaturés le contrat enl’interprétant de façon abusive. La question de droit était la suivante : Dans la mesure où un contrat est rédigé dans des termes clairs et précis le juge peut-il encore usé de son pouvoir d’interprétation ? Lacour de cassation pose ici un critère pour tempérer le pouvoir des juges du fond. Lorsque les termes d’une clause d’un contrat est claire et précise, le juge du fond n’est plus souverain et peut avoirà subir le contrôle de dénaturation exercée désormais par la haute cour.

Nous verrons donc dans deux parties distinctes, tout d’abord, la nouvelle jurisprudence de la cour de cassation posée parl’arrêt (I), puis dans un second temps, nous critiquerons la décisions, en constatant ses imperfections (II).

I) Le principe du contrôle de la dénaturation par la cour de cassation.
A) La situationantérieur au principe.

1 Le rôle de la cour de cassation avant l’arrêt « Lubert »
- L’article 1134 était pris à la lettre. Jurisprudence classique : Les contrats constituent des lois, dont laviolation est susceptible de donner ouverture à cassation.
- Cour de cassation avait le pouvoir de contrôle de l’interprétation faîte par les juges du fond.
2 Le principe posé par l’arrêt « Lubert » (courcass. 2 fév. 1808)
- les juges ont un désormais un pouvoir souverain pour interpréter les clauses d’un acte : Même s’ils ont mal jugés, mal interpréter la volontés des parties, la cour de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Cour de Cassation, Assemblée plénière 15 Avril 1988
  • L’assemblée plénière de la cour de cassation du 15 avril 1988
  • Arrêt cour de cassation 15 avril 1988, les fresques de casenoves
  • Cass 1ère civ 15 avril 1872
  • Cour de cassation, 15 mai 2007
  • droit des affaires cour de cassation 8 avril 2010
  • Commentaire de l arrêt du 15 mai 2013 de la Cour de cassation
  • Cour de cassation ass plénière 14 avril 2006

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !