Dissertation critique : simone de beauvoir a dit qu’ « on ne naît pas femme, on le devient ». est-ce que la femme rompue confirme cette thèse ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 8 (1976 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 24 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Anna Kasieczka 18.05.2009
Lectures, semestre d’été

Dissertation critique : Simone de Beauvoir a dit qu’ « on ne naît pas femme, on le devient ». Est-ce que La femme rompue confirme cette thèse ?

« On ne naît pas femme, on le devient » est une phrase célèbre que Simone de Beauvoir a formulé dans son essai philosophique Le Deuxième Sexe .Ce livre écrit en 1949 constitue une publicationessentielle pour le mouvement feministe. Dans son oeuvre l’auteur relève des nombreuses causes de l’infériorité de la femme dans le monde dominé par des hommes[1]. Elle dit que la femme a une prédisposition d’abandonner sa vie professionelle au proft de sa famille. L’orgine de ce comportement nous cherchons souvent dans la nature de femme que semble lui imposer le rôle psychologique de mère. Nouscroyons aussi que c’est la même biologie qui définit l’ensemble de traits de caractère propres à tous êtres féminins.
Pourtant le fait de naître comme le propriétaire d’un corps féminin ne signifie que nous possédons un autre sexe que celui d’homme tandis que tous autres facteurs socio-culturels nous fixent tout une série de rôles sociales à accomplir. Les parents, la réligion et l’environnentapprennent aux femmes qu’elles sont plus faibles que les hommes et qu’elles ont besoin d’un mari ce qui influence leurs futurs choix. La féminité résulte donc des conditions bien extérieures dont reflet nous voyons dans la formule : On ne naît pas la femme on le devient ...Cependant elle est une thése pertinente aux années de l’apparition de Le Deuxième Sexe mais leur confirmation nous neretrouvons plus dans La femme rompue. Ce livre de Beauvoir qui est apparu en 1967donc presque vingt ans plus tard présent des personnages comme Monique, Lucienne et bien Noëllie qui manifestent une conduite déja libérée de la société et qu’elles- mêmes décident de leur vie.
Nous allons étudier la nature de choix effectués par une femme au foyer , puis par une étudiante et en fin par une advocated’une carrière remarquable.Tout d’abord nous allons examiner l’attitude que Monique prend à l’égard de sa vie professionnelle, de sa famille et sa vie conjugale. Puis nous allons passer à la personne de Lucienne pour analyser l’orgine de sa décison de renoncer au sacrifice à un homme. Pour finir nous observerons la personne de Noëllie qui indépendamment choisit ses propres voies de laréalisation.
Premièrement voyons-nous le personnage de Monique.Qui est-elle ? C’est une femme de quarante-quatre ans qui abandonne sa carrière professionnelle pour se consacrer entièrement à la fonction de l’épouse et celle de la mère. Mais est – ce que cela était son propre choix ? La réponse nous retrouvons dans une conversation avec Maurice-son mari : Tu vas t’ennuyer.Tu devrais prendre untravail[...]Il a insisté.Mais[...]en tout cas,je ne le souhaite pas.Je veux vivre enfin un peu pour moi.[2] En effet Monique refuse de chercher un métier même au moment où leurs filles ont quitté la maison familiale.Nous n’y trouvons pas que sa décision soit forcée par son mari.Contrairement, il l’encourage pour qu’elle aille se réaliser hors de la maison.Également Maurice trouve bon qu’une femme ait un métieret qui regrette beaucoup que Colette(leur fille) choisisse le mariage et la vie au foyer[3]. Cependant Monique constate qu’elle n’a aucune envie de s’astreindre à un métier car elle aime être totalement à la disposition des gens qui ont besoin d’elle.[4]En fait, nous apercevons bien que c’est Monique qui choisit consciemment son rôle de femme au foyer qui correspond bien à son tempérament.Ensuite, la femme de Maurice se sent bien au sein de la famille où elle mène une vie interieure. Elle obtient l’estime de son mari qu’il s’etonnait que elle s’occupe si sérieusement des cas qu’il la signalait tout en tenant très bien la maison et en suivant leurs filles de près.[5]Elle s’accomplit parfaitement en effectuant en même temps des devoirs de la mère et ceux de la mîtresse de la maison....
tracking img