Dissertation explicative

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (681 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En premier lieu, dans l’extrait du roman ADOLPHE de Benjamin Constant, la nature est un thème extrêmement mise en valeur. On sait que ce thème ressort des caractéristiques des œuvres romantiques duXIXe siècle. Cette caractéristique représente le miroir de la sensibilité du poète. Dans cet extrait, lors d’une promenade, l’auteur décrit la nature et celle-ci est comparée aux sentimentsqu’Élléonore éprouve pour lui. Dans les premières lignes du texte, la nature est décrite comme étant très calme et sereine. La citation suivante : «Le ciel était serein mais les arbres étaient dans feuilles; aucunsouffle n’agitait l’air, aucun oiseau ne le traversait : tout était immobile, et le seul bruit qui se fit entendre était celui de l’herbe glacée qui se brisait sous nos pas», démontre que l’atmosphèreest très paisible. Élléonore compare le calme de la nature à ses sentiments en expliquant que : «comme la nature se résigne, son cœur ne devrait-il pas se résigner lui aussi». Le thème de la nature nefait pas que jouer le rôle de comparant dans ce texte, mais elle sert aussi de réconfort pour Élléonore qui, lors de sa peine d’amour, s’affaiblit et dépérit «mais la nature sombre et silencieuse[poursuit] d’un bras invisible son travail impitoyable». Bref, plusieurs preuves sont présentes afin de démontrer que la nature joue un rôle important tout au long de l’extrait.

En second lieu,l’amour est un thème omniprésent dans ce texte. En parlant de cette caractéristique, l’auteur exprime librement ses émotions. L’amour qu’éprouve Adolphe pour Élléonore est un amour hors du commun. Plutôt sousforme de pitié, il est incapable de se montrer ferme envers elle, de peur de la faire souffrir. Cette peur qui était si présente qu’il inventait des prétextes pour s’évader, « [il] parcourai[t] auhasard tous les lieus où [il s’était] trouvé avec elle; [il] arrosai[t] de [ses] pleurs les pierres, le pied des arbres, tous les objets qui [lui] retraçaient son souvenir». Il explique que ce...
tracking img