Dissertation, hume "du contrat originel"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1813 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
David Hume
« Du contrat originel »
Essais moraux,politiques et littéraires; et autres essais

Hume est un philosophe, historien écossais du siècle des lumières (1711-1776). Il publie entre 1739 et 1740 son Traité de la nature humaine en trois volumes dans l’indifférence générale. Ses essais moraux, politiques et littéraires (1948) auront plus de succès. « Du contrat originel », un des essaisde cet ouvrage, dénonce la théorie d’une origine fictive de l’État civil prôné par le contractualisme. Hume introduit la notion de contrat social dans ces deux ouvrages de référence écrit à dix ans d’intervalle. Son argumentation diffère donc légérement entre ces deux livres. Elle peut paraître également parfois ambiguë puisqu’il accorde une part de vérité aux thèses contractuelles, thèses, del’idée d’un contrat originel, qu’il déconstruit pourtant par sa méthode d’expérience historique. Nous pouvons donc dire que Hume a plutôt essayé de ramener le thèse contractuelle « aux prémisses de son empirisme psycholgique afin d’en tirer des conclusions de portée pratique »[1]. Nous allons donc tenter de mettre en relation les deux œuvres cités précedemment de Hume afin de comprendre la portéehistorique du contrat en nous demandons pourquoi l’homme est-il nécessairement régi par une instance supérieure alors que celui-ci formule originellement du droit qui le permet de vivre en société ? Puis, nous verrons que, si pour Locke, le contrat est un consentement volontaire à se limiter réciproquement et à reconnaître au gouvernement une certaine autorité, pour Hume, le contrat originel est unepure fiction, l’Etat est en réalité fondé par une convention des hommes qui devient peu à peu une nécessité, un consentement forcé par la guerre, la force, l’usurpation.

En guise d'introduction, il est bon de rappeler la définition que porte Hume sur l'état des hommes avant que celui-ci ne soit régi par des institutions politiques. En effet, il s'oppose à la théorie de l'état de nature tel quele décrit Locke car cet état n'est qu'une « pure fiction philosophique »[2]. Les hommes ne sont pas faits pour vivre en solitaires[3] mais bel et bien pour nouer des liens. Cet état est donc pour Hume un état présocial et par conséquent l'état de nature n'existe pas car la relation à l'autre est forcément présente. La famille en est la « réalité sociale élémentaire »[4] régie par l'amour, lamorale et donne la première esquisse d'une « hiérarchie » qui pourrait servir de base pour un état social institutionnalisé. Même si ces liens familiaux n'existaitent pas, les hommes noueraient tout de même des liens affectifs car la sympathie est un de leurs traits naturels, l'homme est donc sociable par nature, spontanément.[5] Cependant, les hommes ne peuvent pas se passer de droit car toutes lespassions ne sont pas sociales. L’avidité « d’acquérir des biens et des possessions d’autruis »[6] requiert une régulation juridique car on ne peut modifier les passions de l’homme. L’essence du droit est donc de s’abstenir des biens d’autruis. Il y a donc ici accord entre les hommes mais ce droit est une convention et non un contrat. Un contrat nécessite une promesse, un acte artificiel, or laconvention et une motivation naturelle de la passion que Hume nomme l’intérêt. C’est donc « un sens général de l’intérêt commun, (…) qui les (les membres de la société) conduit à régler leur comportement selon certaines règles »[7]. Cette notion d’intérêt peut paraître paradoxal car nous pouvons dès lors nous demander comment l’intérêt personnel de chaque individu peut-il produire le bien public ?Hume répond que la famille le permet car elle associe amour et domination auxquels les enfants s’accoutument et s’habituent pour en tirer des avantages. Le droit tire donc son origine des règles de la famille.
Cet état présocial est régi par trois règles d'abstention aux biens d'autrui importantes à la bonne marche de cette société. La première est le fait que chacun doive garder ce qu'il...
tracking img