Dissertation inconscient

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1494 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’hypothèse de l’inconscient rend-elle l’homme plus obscur à lui-même ?

Souvenons-nous de l’expression de l’oracle de Delphes : « Connais-toi toi-même », reprise par Socrate. L’interrogation sur la connaissance de l’homme par lui-même est très ancienne et remonte bien avant Socrate. Cette question a été formulée de différentes manières : « Qui suis-je ? » s’interroge le métaphysicien. « Quesuis-je ? » se demande le scientifique. Différents champs de connaissance ont été mis à contribution comme la psychologie ou l’anthropologie. Avec la psychanalyse, la notion hypothétique d’inconscient prend une place capitale dans la connaissance que l’homme peut avoir de lui-même. Pour Freud l’inconscient est un territoire psychique en nous, non connu de nous. On peut alors se demander sil’hypothèse de l’inconscient rend l’homme plus obscur à lui-même ou si celle-ci l’éclaire d’un jour nouveau.

Se connaître soi-même en tant qu’homme peut se comprendre de différentes façons. Il peut s’agir de comprendre de façon générale la nature humaine ou plus individuellement notre tempérament, notre caractère, notre personnalité ou encore notre esprit ou notre conscience. Avec l’hypothèse del’inconscient surgit une part d’obscurité car l’inconscient est un lieu ou s’estompe le rayonnement du conscient et la faculté d’expérience. On ne peut que parler « d’hypothèse » de l’inconscient (refusée d’ailleurs par Descartes, Alain et Sartre) car ce concept est intégré à la théorie psychanalytique et celle-ci toute entière n’est pas falsifiable ou réfutable au sens ou l’entendait Popper (Logique de ladécouverte scientifique, 1934). C'est-à-dire qu’elle est toujours vraie, même quand les faits semblent la démentir, grâce à l’utilisation de notions comme l’ambivalence, la résistance ou la dénégation (Wikipédia, L’encyclopédie libre). N’étant pas une théorie scientifique réfutable, la psychanalyse n’a pas le caractère d’une science et son concept central d’inconscient ne peut être qu’unehypothèse.
D’autres que les psychanalystes ont utilisé le concept d’inconscient. Schopenhauer évoque « les profondeurs les plus obscures de notre être dont nous n’avons pas plus conscience que de la transformation des aliments en sucs et en substances vivifiantes. » Il parle également de « la partie la plus mystérieuse de notre être intime », comme la source de nos pensées les plus profondes. « Laconscience n’est que la surface de notre esprit ».(Le Monde comme volonté et comme représentation, 1818) Il existe donc en nous des zones profondes qui échappent à notre conscience. Avec ce philosophe, la connaissance que l’homme peut avoir de lui-même semble se heurter à une part obscure, mystérieuse. Pour Bergson, une grande partie de nos souvenirs restent au dessous du seuil de la conscience,« fantômes invisibles » conservés dans les « plus obscures profondeurs » de notre mémoire, « dans la nuit de l’inconscient » (L’Energie spirituelle, 1919). Ces souvenirs, qui sont constitutifs d’un être humain singulier, semblent ne se manifester que dans le sommeil, c'est-à-dire, ici encore, hors de la conscience. La part de l’inconscient apparaît de nouveau comme une part d’ombre voilant pour l’hommela connaissance de son être intime.
D’emblée la notion d’inconscient s’oppose à la conscience. La conscience peut donc disparaître, être absente. Cette disparition de la conscience arrive communément avec l’habitude, aboutissant ainsi à des automatismes.
Mais ce qui fait l’originalité de l’inconscient pour Freud, c’est qu’il se constitue à partir de ce qu’il appelle le refoulement. Cerefoulement est lui-même absolument inconscient. Lorsque nous nous interrogeons sur la connaissance plus ou moins claire ou obscure que l’homme a de lui-même, nous nous intéressons à la connaissance de soi, à la conscience de soi. Or si le fond de la personnalité est constitué par un ensemble de forces inconscientes, et que l’inconscient, par définition, échappe à la conscience, l’hypothèse de...
tracking img