Dissertation ionesco: "tout est language au theatre"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7418 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La mort donnée en spectacle : « Le Roi se meurt » d’Eugène Ionesco

Françoise Vanhemelryck

En rédigeant le Florilège de pièces attirantes pour romanistes, l’idée me vint de vous écrire un article consacré à l’un des spectacles signalés, afin de vous aider à préparer vos élèves à la représentation et de vous soulager un peu les tâches en ce début d’année scolaire, où je vous imagine submergésde travail et victimes plus ou moins consentantes de la réunionnite de vos directeurs d’école. J’ai choisi la pièce d’Eugène Ionesco, Le Roi se meurt, tout simplement parce qu’elle est programmée en novembre prochain, période où une sortie théâtrale scolaire est bienvenue après une période de « rodage » et avant la première période d’examens, et où les souvenirs des fêtes célébrant les défunts(Halloween, la Toussaint, le Jour des Morts) veillent encore dans la mémoire et viendront conforter l’analyse de l’œuvre. Je l’ai choisie intuitivement parce qu’elle est montée par une jeune compagnie dynamique et créative, Le Théâtre du Méridien, qui m’inspire confiance. Je l’ai choisie spontanément parce qu’elle me rappelle des expériences gratifiantes en classe de FLE, vécues au cours de mesannées d’enseignement dans le troisième degré de l’enseignement secondaire. J’ai résolument choisi cette pièce parce que je suis convaincue qu’elle présente quelques garanties et qualités inestimables quand on l’aborde sous l’angle de la didactique du FLE et du patrimoine théâtral français et en fonction d’enjeux éducatifs, culturels, philosophiques, relationnels et sociaux. Apparemment plus facile àcomprendre (au niveau du texte) et de durée plus « supportable » (une heure et demie) que les comédies et tragédies du répertoire classique, ce drame d’Ionesco captive et tient les (jeunes) spectateurs en haleine en leur apprenant à mieux comprendre et (donc) à mieux vivre la mort, et, comme nous le verrons plus loin, à guider et assister un « partant ». La Mort qu’Ionesco nous donne en spectacle,est la seule expérience existentielle que tous les spectateurs sont sûrs de devoir vivre (dans un futur et des circonstances indéfinis) et ce partage crée des liens intenses (peut-être pour certains « élus » même cathartiques) de solidarité, de fraternité, et consacre une communion d’esprit, tout au long de la cérémonie. Le Roi se meurt est une œuvre complexe, plurielle, qui « touche »individuellement et universellement. C’est une œuvre qui pose des questions et nous confronte avec l’absurdité de la vie ; une œuvre de réflexion, de révélation aussi, certainement pas d’explication. En classe, il convient de la traiter avec pudeur, mais aussi avec courage, afin de prémunir les élèves, sans pour autant les immuniser mentalement et moralement, contre le Doute, l’Angoisse et le Désespoir. Lespages qui suivent vous proposent un assortiment d’outils didactiques répartis en cinq entités ou unités complémentaires et par là cohérentes, mais modulables, transférables et adaptables, qui permettent de « travailler » la pièce en amont (avant le spectacle)

ou en aval (après le spectacle). Pour chaque unité, je précise (par étape) les objectifs prioritaires, je développe une procéduredidactique possible et je vous offre quelques échantillons d’exercices, ainsi que quelques conseils pour une mise en pratique rentable. Pour d’autres modèles d’exercices et d’activités passe-partout pour l’exploitation didactique de textes de théâtre, je vous renvoie à mon article dans Romaneske n°3, 2000. Unité 1 : Rideau rouge et tableau noir
1. Un diagnostic optimiste

L’école et le théâtre ontlongtemps entretenu des rapports ambigus de complicité et/ou de conflit. Les professeurs (de FL1, FL2 ou FLE), privilégiant, pour des raisons littéraires, les textes au détriment des autres aspects signifiants d’une pièce de théâtre, acheminaient en masse leurs pupilles aux représentations des « grands classiques », sans essayer de les sensibiliser à la totalité du spectacle. Les compagnies,...
tracking img