Dissertation la communication

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1540 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Communication

I. Résumé du texte :

La communication est l'action, le fait de communiquer, d'établir une relation avec autrui, de transmettre quelque chose à quelqu'un, l'ensemble des moyens et techniques permettant la diffusion d'un message.
Elle commence à la naissance comme par exemple les cris du bébé qui est le moyen d’entrer en contact. Plusieurs étude ont démontré que lacommunication commence donc très tôt mais elle passe par plusieurs canaux comme l’odorat le toucher la voix … Et cette communication est importante tant pour le développement social de l’enfant, mais aussi intellectuel affectif.

La communication concerne aussi bien l'homme que l'animal. Toutes les espèces animales communiquent. Cette communication passe par des canaux chimiques, visuels, auditifs,tactiles. Certains de ces comportements sont programmés génétiquement, d’autre sont acquis par apprentissage.

Ainsi il existe la communication non-verbale, qui s’organise par les gestes, regards postures. Souvent, celle-ci est en correspondance avec le message que l’on veut faire passer, mais parfois elle trahit celui qui parle par exemple la voix se mais à trembler.
Cette communication nonverbale a été l’objet de plusieurs études. Psychologues, éthologues se sont intéressés aux expressions du visage, anthropologues dont Ray Birdwhistell sur l’étude des mouvements du corps, ou encore certains ont étudié celle-ci au travail dans une entreprise etc.

On peut parler aujourd’hui d’une société de communication. Après l’apparition du langage arrive l’écriture, de l’imprimerie, puis letéléphone, la radio, les multimédia, internet, les portables …
« A chaque grande étape de l’histoire des communications, l’humanité semble faire un bond en avant. »
L’écriture a permis de codifier les connaissances, elle a été un moyen de transmettre les connaissances, croyances par-delà les distances, frontières et le temps.
Les livres, la presse ont joués un grand rôle dans les transformationsculturelles.

La sociologie des médias :
Ainsi le problème classique « Quel est l’effet des médias sur le public ? »
D’après l’étude su sociologue Paul Lazarsfeld, ou il a démontré lors d’une campagne électorale en Amérique que les médias parvenaient assez peu à changer les opinions préalables du public, ce qui était de gauche rester de gauche et inversement.
Depuis cette enquête lessociologues ont mis en place l’idée que les médias n’imposent pas une opinion commune sur tel ou tel sujet, mais attirent seulement l’attention à leur propos. « Les médias ne nous disent pas ce qu’il faut penser mais ce à quoi il faut penser. »

Vers une société de communication :
Depuis les années 50, l’augmentation des médias (presse, télé, radio,…) a accompagné des mutations sociales en matière decommunication :
Tout d’abord le développement de la publicité, communication politique, communication d’entreprise, puis les outils de communication se sont développés, en même temps que ces changements il y a eu une révolution des relations sociales (déclin de l’autorité a laissé place à la communication, à l’échange) .
Ces changements ont donnés naissance à deux phénomènes distincts : laformation des sciences de l’information et communication et l’éclosion d’une société de communication.

L’utopie de la communication :
Ont pourraient donc à partir de tous ces changement construire vision idéale de la société de communication. Elle permettrait une communication généralisée tous les niveaux de la vie sociale et transparente c’est-à-dire une communication sans tabous, sansmalentendus.
Mais cette idée est bien une utopie elle fait l’objet de nombreuses critiques.

Les failles de la communication c’est-à-dire que la communication ne pourra jamais être totalement neutre et sans ombre car elle est souvent unique (par exemple la publicité ), il y a souvent des enjeux implicites qui interdisent de tout dire, les messages sont souvent ambigus, et le récepteur n’est jamais...
tracking img