Dissertation : la protection sociale lutte-t-elle efficacement contre l'exclusion ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1038 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
t

-Dissertation appuyée sur un dossier docunimhire

Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d’une problématique qu’il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances et des informations pertinentes pour traiter le sujet, notamment celles figurant dans le dossier ; - de rédigeren utilisant un vocabulaire économique et social spéctfique et approprié à la question, en organisant le développement sous la forme d’un plan cohérent qui ménage l’équilibre des parties. Il sera tenu compte dans la notation de la clarté de l’expression et du soin apporté à la présentation.

SUJET
La protection sociale permet-elle de lutter efficacement contre l’exclusion dans les paysdéveloppés à économie de marché ? (Vous pouvez privilégier le cas fiançais).

Document 1 Dépenses consacrées aux minima sociaux* en %.
%
_________ _ -_.__ ___-_____ _

1970

1975

1980

1985

1990

1995

* Les minima sociaux sont principalement le minimum vieillesse, l’allocation de parent isolé, le minimum invalidité, le revenu minimum d’insertion (RMI), l’allocation de solidaritéspécifique (ASS). Source : cc Les minima sociaux : 25 ans de transformations »,

Dossiers du CERC- Association, n’2, 1997. ECOE2 217

Document 2
En croisant les divers dispositifs d’insertion, on estime à 1 400 000 le nombre de personnes « en grande difficulté sociale », et à environ un million celles qui perçoivent le RMI. Il y a trente ans, les pauvres étaient principalement des personnes âgées etdes petits agriculteurs. Aujourd’hui, les « nouveaux pauvres » se recrutent majoritairement parmi les chômeurs et les « RMIstes » appartenant aux catégories sociales défavorisées (ouvriers et employés). On note également une progression des familles monoparentales parmi les foyers vivant au-dessous du seuil de pauvreté ( de 12% à 17%, entre 1984 et 1994). Source : Sciences humaines no 72 - Mai1997.

Document 3
La politique de I’Etat-Providence (...) est compensatoire, elle continue à être un facteur d’intégration. (...) Le rôle intégrateur de la politique sociale est évident en ce qui concerne les assistés installés depuis des années dans cette condition. 11 apparaît également pour ceux pour lesquels le processus d’exclusion ou de marginalisation est le plus avancé. Pour eux, obtenirle RMI (revenu minimum d’insertion), c’est disposer de quelques ressources même si elles sont très modestes ; c’est aussi pour une personne qui s’est retrouvée privée de tout échange social, établir quelques liens avec les travailleurs sociaux et c’est aussi obtenir, même s’il est également très modeste, une forme de statut social. Mais, en même temps et de manière inévitable, la politique socialedévalorise et disqualifie ceux auxquels on apporte des secours. Bien qu’ils se fondent non sur l’idée de charité, mais sur le droit de tout citoyen à bénéficier de conditions de vie décentes, les transferts sociaux ont pour effets pervers de donner à leurs bénéficiaires un statut d’assistés et de consacrer leur échec. Source: D. Schnapper, « Intégration et exclusion dans les sociétés modernes » inL ‘exclusion, 1 ‘état des savoirs, sous la direction de S. Paugam, La Découverte, 1996.

Document 4
En France, une personne malade est forcément soignée, quels que soient ses revenus ou sa situation sociale. C’est du moins ce que l’on croit en ces temps de hausse continue des dépenses de santé. Pourtant les gens défilent tous les jours dans les centres de soins gratuits ouverts par plusieursassociations humanitaires comme Remède, Médecins sans frontières ou encore Médecins du Monde. Ce n’est pas un hasard, ils répondent à un besoin réel. Jeune chômeur sans allocation qui ne peut se payer le dentiste, SDF (sans domicile fixe) non soigné, mère de famille incapable d’avancer la consultation pour l’angine de sa fille. On aurait pu penser que la création du RMI en 1988 résorberait en...
tracking img