Dissertation "le pessimisme n'est qu'une mauvaise digestion morale: la vie n'est ni bonne ni mauvaise, elle est ce que nous la faisons"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1019 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
| 16 mai 2011 |

Dissertation: "Le pessimisme n'est qu'une mauvaise digestion morale: la vie n'est ni bonne ni mauvaise, elle est ce que nous la faisons", d'André Theuriet.

Quand on observe le comportement des hommes, on peut remarquer des choses invraisemblables. L'un a vécu dans un confort douillet, jusqu'au jour où un problème surgit, le menant à broyer du noir, l'anéantissant même, etparfois, le poussant à des extrémités tel le suicide. L'autre a connu la misère, peut-être la famine, ou la guerre, et malgré les épreuves, a toujours relevé la tête, parce qu'il se dit que la vie vaut la peine d'être vécue. Doit-on en conclure que pour aimer vivre il faut avoir connu les mauvais aspects de la chose? Selon les statistiques, le suicide serait l'une des premières causes de mortalitéchez l'adolescent. Il est vrai que le pessimisme est souvent présent à cette période de la vie, source de désillusions et de mal-être. Si l'on en croit la définition du mot "pessimisme", la vie serait une perpétuelle douleur. Pourtant, d'après André Theuriet, "Le pessimisme n'est qu'une mauvaise digestion morale: la vie n'est ni bonne ni mauvaise, elle est ce que nous la faisons".
Alors, comment"faire" sa vie et bien "digérer" moralement? Les choix que nous faisons rendent-ils la vie bonne ou mauvaise, ou bien est-ce autre chose, comme le hasard? Comment "combattre" ce pessimisme? Doit-on, pour aimer la vie, en connaître ses mauvais côtés?

Il faut tout d'abord comprendre ce qu'est la vie, ce qui n'est pas chose facile, puisque son sens diffère selon chacun. Si l'on veut "faire" savie, il faut accepter les évènements qu'elle nous impose, et tenter de les mettre à profit pour parvenir à nos fins. Il est vrai que cela peut être difficile si l'on subit plusieurs coups durs, mais il faut relativiser: chacun passe par des épreuves, et on peut toujours se dire que d'autres ont beaucoup moins de chance, vivent dans des milieux précaires, et cherchent pourtant à vivre, et s'éleversocialement. Mais comme le dit un proverbe: "plus on s'élève et plus dure sera la chute". Il faut prendre chaque obstacle, chaque épreuve, comme un défi, comme un test de volonté. En ce sens, la vie devient une compétition, devenir le meilleur, tel est le but. Le souci ne serait dès lors plus de passer les obstacles, mais de les passer le plus vite possible, ou de la meilleure façon.
On peutalors scinder les pessimistes en deux grandes catégories: ceux qui ne voient que le noir en toute chose, qui s'apitoient sur leur sort. Cela peut résulter d'une difficulté à endurer des chocs moraux, ou provenir d'égocentrisme ou d'une éducation surprotégée. D'ailleurs, on rencontre rarement du pessimisme chez les personnes ouvertes d'esprit, généreuses, solidaires, et conscientes des problèmes desautres. Par exemple, Mère Theresa, et sœur Emmanuelle, qui ont manifesté un optimisme à tout épreuve malgré la misère qu'elles ont côtoyé. Il y a aussi ceux qui prévoient le pire en tout évènement, qui s'attendent au mauvais, et en cela, ne sont jamais déçus, ou désillusionnés.
En outre, il serait déraisonnable de dire que nous choisissons l'orientation que prend notre vie, mais nous avons lesmoyens d'influencer celle-ci. En effet, notre état d'esprit joue un rôle majeur dans l'évolution de notre existence. Quelqu'un de résolu à voir le positif en toute chose se présentant à lui croquera la vie à pleines dents et en retirera toujours le maximum de bonheur. La vie est un mélange d'éléments positifs et négatifs. Le pessimiste a tendance à ne voir que ces derniers, alors que s'il concevaitle bien que l'on peut retirer dans le simple fait d'être vivant, il serait guéri de son mal-être. On peut donc considérer qu'il y a autant une part de volonté que de hasard.
Ensuite, il serait bon de trouver des solutions à ce pessimisme. Il est vrai que les personnes souffrant de ce mal-être ont tendance à s'apitoyer sur leur sort et à ne jamais trouver de solutions, ni même les entrevoir ou...
tracking img