Dissertation : le roman n'est-il qu'un pur divertissement ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1871 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation sur le roman

Jules Verne a écrit: « je ne voyagerai plus qu’en rêve ». Mais il ne parlait pas des ces véritables voyages, ces voyages autour du monde, il parlait des voyages de l’esprit, de l’imagination, cette évasion si fantastique que l’on ne peut rencontrer que dans les histoires, les contes, les romans. C’est justement la fiction, l’invention, qui caractérisent ce genrelittéraire si répandu, le roman, existant depuis des siècles, et fascinant, attirant, qui nous font rêver avec la description de civilisations et de grands personnages. Et c’est ainsi que Nicolas Boileau, célèbre poète et écrivain français du XVII° siècle, a écrit :
« Dans un roman frivole aisément tout s’excuse
C’est assez qu’en courant la fiction amuse »
Le roman ne serait donc qu’undivertissement superficiel ? Qu’un genre puéril, créé pour notre seul plaisir ? Boileau affirme lui pardonner sa futilité prétextant sa seule fonction d’amusement et de distraction, mais connaissons-nous réellement les romans ? N’ont-ils que ce but de divertissement ? Car, comme l’a écrit Amélie Nothomb, écrivain belge, « on lit pour découvrir une vision du monde ». En effet, le roman, rempli d’imagination, dedécouvertes, d’originalité, reste certes un divertissement pour tout lecteur ; mais ne sert-il pas à représenter une certaine époque, certains idéaux, critiques… plus ou moins habilement cachés dans la fiction ? Et enfin, le roman, en plusieurs siècles, n’a t’il pas évoluer suivant les différents courants littéraires des époques, pour atteindre un genre équilibré, aux fonctions diverses ?Le premier véritable roman, Lancelot du Lac, est né au XIII° siècle, et, écrit en langue romane, langue vulgaire, et non pas en latin, il a pour but de narrer et transmettre les aventures de ce héros de la Table ronde, et divertir par les nombreuses péripéties de ce chevalier. En effet, le roman, défini par une fiction, donc des actions, des situations, des personnages inventés par l’auteur,permet de s’évader de la réalité, dans d’autres mondes, fantastiques, épiques…
C’est d’ailleurs pour cela que Nick Cohn, auteur américain, écrit : « s’engager dans un roman, c’est comme faire un voyage avec l’auteur ». C’est comme vivre quelques instants dans les univers créés, ressentir les émotions des personnages, s’identifier à eux, ou alors s’opposer. Que ce soit avec les romans fleuves,d’Urfé, par exemple, avec L’Astrée, au XVI° siècle, qui nous emporte au centre de péripéties complexes et captivantes, ou avec Béroul, au XVIII° siècle, et Tristan et Iseut, un amour impossible, suscitant compassion et tristesse chez le lecteur, et le transportant au cœur de cette passion.
Dès lors il n’existe plus rien autour de soi que ces histoires et aventures, c’est un véritabledivertissement pour s’écarter du quotidien et trouver parfois « abondance et délicatesse », comme l’a dit Bernardin de Saint Pierre au XVIII° siècle. Ecrivain de romans exotiques, il a su justement créer ces trésors, pour adoucir et nous faire oublier un petit instant la réalité sociale et les dures conditions de vie des époques.
S’évader, par le merveilleux des contes de Charles Perrault au XVIII°siècle, ou encore par les romans de la passion amoureuse de Prévost, comme Manon Lescaut, où l’amour, l’aventure, l’amitié… l’emportent sur les dures habitudes. De tout temps, le roman occupe donc une importante place dans le plaisir et le divertissement, et il se développe au fur et à mesure de chaque siècle, avec l’apparition de nouveaux types de roman, exaltant un peu plus l’amusement, commele roman feuilleton, par exemple, au XIX° siècle, de Eugène Sue, avec le suspens, cette envie, presque ce désir, de vouloir connaître la fin, le dénouement ; on suit alors entièrement la vie des personnages, on veut les aider, ou les punir, ils se confondent avec notre monde, ils vivent, on les fait vivre, pour eux et pour nous. Et il ne faut pas oublier non plus ce plaisir de la lecture et...
tracking img