Dissertation les fusions d'entreprises sont-elles des réussites?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2280 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DEVELOPPEMENT STRUCTURE

Les fusions d’entreprises sont-elles des réussites ?

De nos jours, les ventes de sociétés deviennent "monnaie " courantes, les entreprises privées et certaines publiques, ayant subi la privatisation d’une part de leur capital financier (actions et obligations) tendent de plus en plus à devenir des marchandises comme les autres, vendues, achetées, découpées enmorceaux. Suivant le phénomène de mondialisation depuis la fin du XIX et la révolution industrielle en Grande- Bretagne, les fusions officielles ou officieuses ont toujours existé. Néanmoins, l’évolution marque une coupure par rapport à l’époque où les entreprises restaient des structures relativement stables. Dans les années 80, quelques entreprises par l’intermédiaire d’OPA, Offres Publique d’Achats,ont provoqué des fusion acquisitions. L’OPA est une opération financière engagée par une société qui cherchait à prendre une participation importante ou le contrôle d’une autre société, faisant une proposition d’achats d’actions de la société convoitée. Externalisation, groupement d’intérêt économique, fusion, acquisition… Les entreprises connaissent, actuellement, une période importante deréorganisation dont la principale difficulté est d’allier le niveau juridique, économique et géographique. Les entreprises s’agrandissent en ajoutant à leur activité initiale des activités complémentaires qu’elles ne peuvent réaliser elles-même. La gestion des fusions n’est certes pas une problématique récente : cela fait plus de deux décennies que des études sont faites sur cette thématique. Elle restenéanmoins d’actualité et pertinente au regard du nombre d’alliances et de concentrations d’entreprises intervenant chaque année. En effet, celles-ci sont souvent considérées comme quelques unes des principales stratégies d’entreprise utilisées aujourd’hui. Nous nous demanderons si les fusions d’entreprise sont des réussites. Après avoir étudier le transfert de connaissances que véhiculent lesentreprises lors d’une fusion (I), nous analyserons les difficultés du processus de fusion ainsi que celles du management des connaissances des entités fusionnées (II).

I – Le transfert de connaissances des entreprises lors d’une fusion.

Une fusion engage de nombreux changements pour les entreprises la pratiquant. En effet, lorsque que l’acquéreur intègre une autre entreprise il est complexe detransférer et de gérer les connaissances acquises auparavant avec celles de l’acquis. Avant, d’envisager l’intégration de ses connaissances propres à chaque entité (B), celles-ci doivent prendre conscience de leurs connaissances respectives et du réel enjeu de la fusion (A).

A) Le transfert des connaissances des entreprises dans le cadre d’une opération de fusion.

La fusion comme accès à descompétences stratégiques. Les différents auteurs économiques soulèvent plusieurs éléments de motivation des opérations de fusion. La plupart des fusions-acquisitions ont été motivées principalement par la possibilité d’accès au marché ou, plus encore, par la recherche d’une valorisation boursière supérieure ou encore une majoration du capital. Quelques uns de ces auteurs décrient les fusions commemode d’accès privilégié à des compétences stratégiques en montrant qu’une proportion significative et croissante de celles-ci se concentre sue les connaissances des autres entreprises, dans l’objectif de prendre le contrôle d’une capacité d’innovation préexistante. Si certains auteurs considèrent la connaissance comme un actif échangeable au même titre qu’un autre, la réalité tend à aller àl’encontre de ce positionnement. Pour preuve l’exemple de la firme Alcatel qui, après avoir racheté une série de cinq jeunes start-up américaines au cours de la seule année 1999, dans une optique d’accès aux compétences, s’est trouvée confrontée à la difficulté de garder les ingénieurs américains « achetés » au prix fort. Il s’agit d’un savoir indissociable et invisible des salariés car elle...
tracking img