Dissertation: les organisations du travail tayloriennes et fordiennes ont-elles disparu?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1148 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation: Les organisations du travail Tayloriennes et Fordiennes ont-elles disparu?



Les organisations du travail fordienne et taylorienne ont-elles disparu ? L'organisation du travail désigne la façon dont les tâches productives sont répartie entre les salariés d''une entreprise ou d'''une administration : sous l''angle vertical (entre conception direction et exécution)et sous l'angle horizontal (spécialisation dans des tâches simples, demandant peu de qualification). Une parciellisation peut être vécue comme aliénante, amplifié par les convoyeurs, la standardisation des produits et la forte hausse des salaires (pour retenir les ouvriers épuisés par des conditions de travail difficiles). La Division du travail amène denombreux gains de productivité sourced'enrichissement économique général et de nombreuses transformations sociales.
Ces organisations tayloro-fordiennes sont-elles notablement remises en cause ou alors y a t-il adaptation et modernisation des procédures de ­contrôle du travail d'exécution ? Sommes-nous entrés à l''ere du post-­taylorisme ou restés à celle du néo-taylorisme ?
Nous verrons d'abord que le taylorisme traditionnel est remis encause, avant de montrer que les organisations tayloriennes et fordiennes progressent sous de nouvelles modalités.



Les organisations tayloriennes traditionnelles engendrent désintérêt et malfaçons.La diffusion des procédures tayloro-fordiennes dans l'industrie a abouti à de forts gains de productivité. De plus, ces organisations du travail ont permis d'intégrer dans l'emploiindustriel de nombreux individus issus de l'agriculture ou de l'immigration car cela nécessitait peu de qualification. Mais cette atout s'est transformé depuis les années 70, en un handicap. Effectuant des tâches sans intérêt, les salariés employés sur des convoyeurs se sont désintéressés de la qualité de leur travail et de leur productivité. Les contraintes du taylorisme sont fortement ressenties par lesouvriers.
 Les organisations tayloriennes traditionnelles sont rigides et fragiles.La standardisation des produits a permis de satisfaire les besoins de la population du début des Trente Glorieuses, attendant des biens nouveaux et conforme au modèle du jour. Mais les consommateurs, plus riches, se sont lassés des produits dont disposent tout le monde. Le désir, d'affirmer son statut social àtravers sa consommation a rendu les produits tayloriens obsolètes. La chaîne de montage, ne permettant pas de réaliser des produits différenciés. De plus, les postes tayloriens avec tâches très spécialisées sont faciles à robotiser. Ainsi, on observe dans le document 2 que la part des emplois industriels diminue, passant de 35 % des actifs en 1949 à 13 % en 2007, avec une accélération depuis 1975.Les entreprises cherchent à motiver leur salariés. Dans les années 70, les limites du taylorisme conduisent certaines entreprises à rompre avec ses excès. Le mot clé de la « détaylorisation » est la motivation des salariés (document 4). Par des démarches, les directions visent l'''adhésion des salariés au objectifs des 'entreprises. En effet, les entreprises cherchent aujourd'hui à utiliser aumieux la matière grise des salariés pour répondre aux défis de la concurrence par la qualité ou l'immigration innovation, par exemple, par le biais de la qualité. Dans l''industrie, les tâches sont recomposés afin de responsabiliser les salariés.
Des évolutions sociales et techniques amènent une modernisation des organisations du travail.
Aujourd'hui les salariés disposent de qualifications plusélevées grâce à l'allongement des études. Par ailleurs, le progrès dans l'application de l'informatique favorise de nouvelles modalités d'organisation du travail. La production en « juste-à-temps » permet la « différenciation retardée » des produits. Le document 3 décrit la nouvelle distribution des tâches qui prévaut dans les banques. Le guichetier est devenu polyvalent et s'occupe de presque...
tracking img