Dissertation : peut-on dire que le royaume-uni est toujours le modèle de parlementarisme ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3781 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation : Peut-on dire que le Royaume-Uni est toujours le modèle de parlementarisme ?


« Le système complexe et nuancé de freins et d’équilibre (checks and balance) entre les pouvoirs publics auquel on a donné par la suite l’appellation de régime parlementaire a pris naissance en Grande-Bretagne dès le début du XVIIIème siècle », disait Pactet dans Les institutions politiques de laGrande-Bretagne. Ces dernières sont au Royaume-Uni le fruit d’une tradition constitutionnelle qui s’est mise en place au fil du temps, de manière spontanée. En effet, le Royaume-Uni ne possède pas de constitution écrite, venant définir le régime politique britannique en risquant de figer les choses, mais s’appuie sur quelques textes dont la valeur est admise comme constitutionnelle et surtout sur sescoutumes. Celles-ci, en régissant l’évolution du régime politique britannique, ont, vers la fin du XVIIème siècle, contribué à limiter les pouvoirs du monarque, et à séparer l’exécutif du législatif entre un gouvernement et un parlement. C’est donc de cette monarchie limitée que naît le régime parlementaire britannique qui devient par la suite effectif avec l’instauration d’une collaboration entreles pouvoirs, permettant de mener à bien la politique nationale sans situation de blocage. Ainsi le régime britannique apparaît dans son fondement, comme un modèle de parlementarisme, par sa séparation souple des pouvoirs exécutif et législatif, permettant une collaboration entre ces derniers, où l’exécutif est indépendant mais responsable devant le législatif, et où celui-ci peut être dissoutpar l’exécutif. Cependant, ce sont ces mêmes coutumes constitutionnelles britanniques, faisant de son régime le premier modèle accompli de parlementarisme, qui vont faire de lui le lieu d’un développement considérable du phénomène majoritaire. Ce phénomène majoritaire est caractérisé par la montée en puissance du parti, qui, à la suite des élections, toujours marquées par le bipartisme auRoyaume-Uni, a obtenu le plus grand nombre de scrutins. Ce parti bénéficiant de la majorité apparaît de plus en plus comme le dirigeant de la vie politique britannique en plaçant ses leaders à la tête du gouvernement et en rendant leur autorité plus que légitime, du fait de leur émanation directe de la voix du peuple souverain qui s’est exprimé en faveur de leur parti lors des élections de la chambre bassedu parlement. Ce phénomène majoritaire, résultant directement de la tradition du bipartisme, est alors appelé à donner, en pratique, des pouvoirs de plus en plus important au parti ayant obtenu la majorité, parfois même au détriment du parlement, donnant ainsi lieu à un piétinement des systèmes de collaboration entre les différents pouvoirs caractéristiques du régime parlementaire par excellence.Mais alors, en quoi peut-on dire que, par un phénomène majoritaire marquant de plus en plus sa vie politique, le régime britannique a vu sa pratique progressivement s’éloigner de son modèle initial de régime parlementaire ?
Dans un premier temps, nous aborderons les grands principes théoriques du régime britannique qui font de lui le modèle de parlementarisme (I) ; puis, dans un deuxième temps,nous verrons que ces principes tendent à se retrouver, en pratique, renversés par le phénomène majoritaire, une évolution qui fait du régime britannique le lieu de l’émergence d’un parlementarisme majoritaire (II).

I – Le régime britannique : un modèle théoriquement parlementariste dans sa séparation souple des pouvoirs.

Les fondements du régime britannique font théoriquement de lui lemodèle du régime politique parlementariste. En effet, la souveraineté d’un seul et même homme, en la personne du monarque, s’est vue fortement limitée avec la séparation des pouvoirs (A), et la politique nationale faisait le lieu d’une certaine cohérence avec l’introduction d’une souplesse dans cette séparation, la collaboration des pouvoirs (B).

A) L’instauration du modèle britannique de régime...
tracking img