Dissertation philosophie suis-je conscient de ce que j'ai conscience d'être ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1550 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

Socrate avait pour maxime « Nosce te ipsum », qu'il avait possiblement lue sur le temple de Delphes (« Connais-toi toi-même »). Mais comment se connaître ? Descartes a montré le « je » comme une irréductible conscience, qui peut s'appliquer à elle-même dans la mesure où cet « ego » est capable de dire qu'il a conscience de quelque chose. Or, comment cerner précisément ce « je » ?Puis-je avoir pour objet de ma conscience l'essence du « moi » ? Lorsque je veux faire connaissance avec quelqu'un et me présenter à lui en décrivant brièvement ma personne, mon caractère, comment sais-je que ma description reflète la réalité de ce que je suis ? Suis-je toujours le même ? Suis-je au contraire changeant ? Ai-je une essence connaissable par moi-même ? Ma conscience même nefait-elle pas partie du « moi » que je cherche à connaître ? La connaissance de moi-même évolue-t-elle avec le temps ? Est-elle toujours actuelle et pertinente vis-à-vis de ce que je suis ? Dans quelle mesure ai-je conscience d'être ce que je suis ? Y a-t-il une part de mon être que je puis connaître avec certitude et quelle en sont les limites ? Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?
Nous verronsd'abord comment la conscience permet de nous cerner en partie nous-mêmes, puis en quoi notre être peut échapper à notre propre conscience.

I – CE DONT J'AI CONSCIENCE SUR MOI-MÊME

1) Conscience du « moi » comme un « moi » conscient

Tout d'abord, la conscience de moi-même commence par la conscience que j'ai d'exister. Descartes, que nous avons évoqué, cherche initialement à démontrer qu'il ya quelque chose de connaissable indubitablement, et conclut sa démarche par le fameux « je pense donc je suis »#, affirmant la vérité suivante: j'existe car j'ai conscience (de quelque chose, peu importe quoi), et qu'il faut nécessairement un sujet à cette conscience. Si l'on tente à ce stade de rassembler ce qu'on peut savoir du « moi », on nommera celui-ci « chose pensante » (« res cogitans »):c'est une définition abstraite, négative certes (le « moi » correspond à ce qui n'est pas l'objet de sa conscience), mais il permet de poser l'existence d'un être conscient définissable. Quand je vois un arbre dans la nature, je sais que je ne suis pas cet arbre, car celui-ci est l'objet de ma perception. À défaut pour l'instant d'avoir une connaissance positive de ce que je suis, je sais aumoins ce que je ne suis pas, en ayant conscience de moi-même. Ce premier pas nous permet de prouver la possibilité de nous définir, donc d'avoir conscience de ce que nous sommes.

2) Je suis ce que je décide d'être consciemment

Il convient aussi de tenir compte de la liberté d'être ce que nous sommes. Si, comme le pense entre autres Sartre, je suis toujours libre de devenir ce que je veux,cette dite volonté libre ne passe-t-elle pas logiquement par la projection de ce que l'on veut être, donc par la conscience ? Ainsi, je peux avoir conscience de ce que je suis potentiellement. Le postulat de la liberté implique que je suis ce que je veux être, et que ce que je suis se définit par ce que je veux en ma conscience. La conscience que j'ai de moi-même passe alors a priori de l'être. Unindividu qui veut entrer dans la Résistance a besoin de courage, mais c'est un courage qu'il acquiert, et qui devient effectivement sien par l'acte d'entrée en Résistance: l'homme en effet ne se demande pas préalablement s'il est assez courageux ou non avant d'accomplir un acte courageux. C'est une fois Résistant qu'il peut avoir conscience de soi-même comme être courageux. Aussi la connaissance dece que nous sommes passe-t-elle en premier lieu par la volonté d'être tel ou tel chose, et permet la réalisation de cette volonté. Sartre le formulera comme suit: « l'existence précède l'essence »#. Ce qui nous intéresse ici est le fait que l'essence du « moi » dont nous cherchons à avoir connaissance se modélise après et d'après la conscience que nous en avons. Il ne s'agit plus en effet de...
tracking img