Dissertation poesie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1714 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le complexe d’Œdipe, théorisé par Sigmund Freud en 1900, exprime le besoin inconscient d’un fils a détruire son père de manière a être avec son parent du sexe opposé. De ce point de vue toute rébellion d’un contemporain , en vers ses précédents, illustre un besoin inconscient de le surpasser, de le battre a son propre jeu. Cette théorie ce lie donc directement a la rébellion des contemporainscontre les poètes précédents. Cependant nous pouvons nous demander si la rébellion contre l’héritage des poètes précédents est, réellement, nécessaire a la poésie. Afin de répondre a cette problématique, nous observerons dans un premier temps le rejet complet des anciens par certain poètes. Ensuite nous parlerons de cas ou les Anciens servent de modèle, pour enfin examiner des oeuvres dans lesquelson trouve a la fois une inspiration des Anciens et une création poetique.

La rébellion dont on se traduit par une contestation du passe, de tout ce qui a déjà était écrit. Les poètes cherche tout d’abord a crée du nouveaux, cela se traduit donc par une envie de se libérer de toutes contraintes formelles de la poésie. Ils cherchent premièrement a dépasser la contraintes poétique la plus basique :sa structure. La structure d’un poème a longtemps était considéré comme ce qui le défini, c’est a dire que sa forme (en vers, en strophe et en rimes) est ce qui caractérise la poésie. Ainsi lorsque Claudel écrits ses vers libres il écrits des poèmes qui attaque la base même de la poésie traditionnelle, tout en créant une chose nouvelle. De même pour Apollinaire lorsqu’il écrits des calligrammescomme «Pablo Picasso» il rend, pour la première fois, l’aspect visuel du poème tout aussi, voir plus, important que le texte écrit. Baudelaire, dans sa lettre a Arsène Houssaye, décrit sa poésie en prose comme une création «singulièrement différente» une chose «qui ne peut qu’humilier profondément un esprit qui regarde comme le plus grand honneur du poète d’accomplir juste ce qu’il a projeté defaire». D’une manière semblable Victor Hugo écrit qu’il a «Disloqué ce grand niais d’alexandrins» pour «faire un vers aussi beau que de la prose». Il est donc possible de dire que ces poèmes, d’une forme nouvelle, donnent a ces poètes un moyen plus libre et plus efficace de s’exprimer.
Cependant, cette rébellion ne se limite pas qu’a la structure du poème, les poètes s’attaquent au langage même,ou ce qui peut être nommé «le lexique poétique». Lorsque Hugo dit qu’il veut «mettre un bonnet rouge au dictionnaire» il exprime d’une manière simple et compréhensible qu’il veut enrôler le symbole même de la structure littéraire (le dictionnaire) dans sa rébellion. Il est vrai qu’il semble bizarre que des hommes de lettre chercherait a détruire l’outil de leur art (la langue française) mais celaleur donne aussi le droit ultime de la création. En renonçant au mots les poètes se donnent non seulement le droit de s’imaginer tout ce qu’ils veulent mais se libèrent aussi des limitations d’une création (langue) préexistante. L’exemple le plus parfait de cela est le poème «Le Grand Combat» d’Henri Michaux, rien que le titre illustre la bataille du poète contre les restreintes de son écriture.Dans ce poème Michaux raconte une histoire, d’une recherche pour «Le Grand Secret» tout en créant des mots comme «ecorcobalisse» ou «Abrah». Cette déstructuration de la langue française illustre alors une rébellion totale mais aussi une création parfaite.
Ayant rejeté la forme et la langue il ne reste, pour ces poètes révolutionnaires, que les thèmes a renouveler. Dans la poésie classique lesthèmes sont souvent similaires, on retrouve de nombreux récits écrits sur des thèmes lyrique, comme la beauté, la vie, la mort, l’amour… Afin de se différencier de ces thèmes, et de rejeter un héritage poétique les poètes invente des thèmes nouveaux, certains basé sur le hasard, d’autre sur la vie de tout les jours. Ponge, par exemple, écrit un poème sur le pain, de la même manière Tzara considère...
tracking img