Dissertation, qui suis-je ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5154 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Qui suis-je ?

Est-ce qu’une chose vivante en apparence peut devenir vivante en réalité ? Est-ce qu’un objet peut prendre vie ? Depuis l’émergence de la technologie robotique, la neurobiologie, l’intelligence artificielle, de plus en plus de machines sont modelées sur l’apparence et le comportement humain. Nous les percevons comme terriblement humaines car elles nous mettent face à la terreurque l’homme peut être réduit à de simples pièces de mécanique. La science a fait resurgir les théories Cartésienne de l’homme machine. Des bras robotisés aux caméras remplaçant les yeux ou les organes remplacés par des prothèses industrielles, l’homme s’adonnent à l’auto mécanisation pour dépasser les limites de son fonctionnement. Il est ainsi tenté de dépasser la théorie de l’évolution desespèces en en maîtrisant les lois, dans ce vieux rêve de l’humanité, celui de recréer la vie artificiellement. Lorsque Descartes a perdu sa fille à l’age de cinq ans, il a donné son nom Francine à un automate qui ressemblait à sa fille trop tôt disparue. Ce doute entre vie et non vie. Cette crise de l’identité de l’homme dans ses fondements les plus personnels. Si un être entièrement conçuartificiellement viendrait à prétendre être vivant, faut-il reconsidérer les critères définissant l’humanité ? Où se situe la frontière entre le corps et l’esprit ? Qu’est ce qu’être humain ? Finalement l’individu en tant qu’entité séparée et indépendante d’un tout plus vaste a-t-il une identité propre ? Pour répondre à ces questions, nous allons en première partie aborder comment la conscience du sujet luipermet de se saisir. Ensuite dans une seconde partie quelle est la validité de la connaissance et de la maîtrise que le sujet à de lui-même. Et enfin dans une troisième et dernière partie, la nécessaire part de l’Autre et l’éclatement de l’identité du sujet.



I

Dans La théorie de l’identité sociale, Tajfel et Turner considèrent qu’un individu s’auto définit selon trois plansuccessifs : Premier : je suis un être humain différent des autres espèces. Second : j’appartient à un groupe particulier en opposition à d’autre groupe. Troisième : je me considère comme distinct incomparable aux autre membres du groupe. Le « Je suis » signifie donc que je m’établit en tant qu’unité propre, par relativisme à ce qui m’est extérieur. Je suis sujet, je ne suis pas objet. Je perçois lesobjets du monde et je les distingue de mon propre corps. Pour être sujet il faut ainsi être doté d’une conscience. Le mot « conscience » vient du latin « cum scientia » qui signifie « accompagné de savoir ». Pour définir brièvement ce qu’est la conscience de soi, Popper écrit dans L’avenir est ouvert. : « Par la conscience de soi, l'individu fait l'expérience du monde et en même temps de lui-même entant qu'objet de ce monde, il est conscient à la fois de son expérience subjective et de sa propre existence, […]. » La conscience est ce qui permettra au sujet de se connaître. On peut distinguer deux types de conscience : la conscience immédiate, comme psychologique ou connaissance des choses du monde et étroitement liée à nos organes sensoriels, et la conscience réfléchie qui fait que je mereconnais en train d’agir. C’est cette dernière qui me distingue d’une machine ou d’un animal. La conscience peut ainsi me permettre de me définir en tant que sujet. Premièrement, elle est personnelle : j’ai conscience de mes émotions, de ce que je ressens. Ensuite, elle est fluctuante : mon point de vue change, en vivant j’étend mon champs de connaissance. William James montre que c’est par laconscience que le sujet saisit les événement et les choses les concernant « Nous pourrions alors voir l'ours et juger que le mieux est de fuir, entendre l'insulte et juger qu'il convient de frapper: mais nous n'éprouverions ni frayeur, ni colère, au sens où ces mots expriment une réalité psychologique. » Principes de psychologie. Elle est fondée sur un phénomène de perception physiologique puis...
tracking img